Fabius évoque des "indications" d'attaques chimiques en Syrie

le
1
LAURENT FABIUS ÉVOQUE DES "INDICATIONS" D'ATTAQUES CHIMIQUES EN SYRIE
LAURENT FABIUS ÉVOQUE DES "INDICATIONS" D'ATTAQUES CHIMIQUES EN SYRIE

PARIS (Reuters) - Des attaques à l'arme chimique auraient été menées récemment en Syrie, alors que le régime de Bachar al Assad est en train de se séparer de son arsenal, conformément à un accord international, a déclaré dimanche le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Sigrid Kaag, coordinatrice spéciale de la mission conjointe des Nations unies et de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), a fait savoir samedi que la Syrie avait transféré hors du pays ou détruit 80% de ses armes chimiques déclarées.

Le régime syrien semble ainsi en mesure, a-t-elle ajouté, de respecter la date butoir du 27 avril, à laquelle il est supposé ne plus disposer d'aucune arme chimique, comme convenu dans l'accord avec les Etats-Unis et la Russie.

Laurent Fabius a, lui, avancé un chiffre un peu plus faible et a surtout fait état d'éléments laissant penser que de nouvelles attaques auraient été lancées.

"Sur le plan de l'enlèvement des armes chimiques, on est à 70%, donc il reste 30%", a-t-il dit au Grand Jury Europe 1-Le Monde-i>TELE.

"Et des indications me sont données - il faut vérifier, selon lesquelles il y aurait eu des attaques chimiques récemment, beaucoup moins importantes que celles de Damas il y a quelques mois, mais des attaques mortelles, dans le nord-ouest de la Syrie, pas loin du Liban."

Mercredi, des rebelles ont accusé le régime d'avoir mené une nouvelle attaque chimique à Damas, pour la quatrième fois depuis le début du mois d'avril.

L'attaque d'août dernier, qui a fait plusieurs centaines de morts près de la capitale Damas, a été le déclencheur de l'accord de désarmement chimique. Le régime n'avait jusqu'alors jamais reconnu officiellement posséder de telles armes.

Les pays occidentaux tiennent les forces loyalistes pour responsables de cette attaque. Le régime de Bachar al Assad, lui, accuse les rebelles d'en être à l'origine.

"DOSSIER ACCABLANT"

Des experts des Nations unies recueillent depuis neuf mois des informations dans le cadre d'une enquête sur des présumés crimes de guerre en Syrie, où le conflit a fait au moins 150.000 morts en trois ans.

Ils disent avoir collecté des éléments suffisants pour ouvrir une procédure devant la Cour pénale internationale (CPI) visant à la fois des membres des forces pro-Assad et des chefs rebelles présumés responsables de tortures et de massacres.

Laurent Fabius a déclaré dimanche que le dossier était "accablant" pour le régime.

"L'ensemble de la documentation qui a été recueillie sur les tortures, les massacres, les meurtres qu'a commis le gouvernement syrien, il y a un dossier accablant", a-t-il dit.

"C'est épouvantable. Cela a été présenté confidentiellement aux Nations unies et il n'est pas impossible que cela aboutisse à la saisine de la Cour pénale internationale."

Alors qu'une élection présidentielle est prévue en juillet en Syrie, Laurent Fabius a dit continuer d'espérer une solution politique, même si l'opposition modérée, soutenue par les Occidentaux, est prise en tenaille entre le régime et les groupes islamistes.

"Monsieur Bachar al Assad a le front de vouloir se présenter aux élections. Comme si on pouvait faire des élections démocratiques dans un pays où il y a eu 150.000 morts et où la moitié de la population est terrorisée par Bachar al Assad", a-t-il déclaré.

"Comme nous ne voulons ni de Bachar al Assad, qui est un dictateur, et comme nous ne voulons évidemment pas des terroristes (...), nous soutenons l'opposition modérée, ce qui est très difficile parce qu'(elle) est l'objet des attaques des deux côtés."

"Il faut, même si le processus de Genève est dans un état de coma, il n'y a pas d'autre solution en Syrie que de solution politique. Il faut continuer à pousser."

(Gregory Blachier, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 20 avr 2014 à 23:04

    Shouff ALOUF Al FRANZAOUÏ dit Porcinet 1er de FRANCE...Soignés par la SÉKU...Au retour et Aides Sociales à Vie .Deux ou Trois ans là bas et retraite à vie en FRANCE .Le Vendredi un petit tour pour la prière payée par vos impôts C'est pour cela à que ces groupes armées aiment bien les rebels d'origine française ,ils n'ont pas besoins de le donner une solde :Ce sont nos Impôts qui les payent...