Fabinho, la droite discrète

le
0
Fabinho, la droite discrète
Fabinho, la droite discrète

Arrivé dans les bagages de l'OPA Jorge Mendes sur l'AS Monaco, le latéral droit de 21 ans est passé de l'anonymat le plus complet à l'équipe du Brésil en deux ans. Un parcours fait de rencontres, de chance, de talent et de bowling.

La vie tient à quoi, au fond ? Pas grand-chose. Gamin, Fabinho était fan de Maicon, le latéral droit qui avait squatté l'AS Monaco entre 2004 et 2006. En septembre dernier, c'est grâce à son idole de jeunesse que le Monégasque va s'inviter chez les A brésiliens. En se faisant exclure du camp d'entraînement du Brésil pour des raisons disciplinaires, Maicon a ouvert les portes de la Seleção à Fabinho. Le destin. Débarqué tardivement dans la nuit à l'hôtel de l'équipe nationale, " Fabi " a juste le temps de discuter avec ses nouveaux coéquipiers David Luiz et Neymar avant de pousser la chansonnette, bizutage classique chez les footballeurs. Pour le Monégasque, ça sera Nunca fallaras (" Tu n'échoueras jamais ") de Hillsong United. Tout sauf un hasard pour celui qui s'apprête à disputer la Copa América avec son pays. Maicon, lui, la regardera sur son canapé. Fabinho revient de loin. Non, plutôt, Fabinho sort de nulle part.

Fan de bowling


Avant d'arriver sur le Rocher, personne n'avait entendu son nom. Dans un monde où les CV des jeunes Brésiliens s'échangent sur Football Manager ou sur YouTube, Fabinho était un illustre inconnu. Né à Campinas, une très grande ville de l'État de São Paulo, le jeune Fabinho a grandi dans un milieu très porté sur la religion. Papa était pasteur et Fabinho est évangéliste. C'est d'ailleurs par le biais du Tout Puissant qu'il accélère son apprentissage du français avec des copains rencontrés dans une église de Nice. Il faut dire que sur le Rocher, le jeune Fabinho se la joue casanier. Il habite avec l'une de ses sœurs et son beau-frère. C'est ce dernier qui l'amène et le ramène du centre d'entraînement tous les jours. À 21 ans, Fabinho n'a pas le permis de conduire. Ce qui ne l'empêche pas d'être un dragster sur son côté droit 90 minutes par semaine. Fabinho dans les strass et paillettes de Monaco, c'est assez incroyable pour un môme originaire d'une famille de la classe moyenne. Même s'il gagne bien sa vie et séjourne dans un paradis fiscal, le garçon a gardé des plaisirs simples : restaurants portugais de Beausoleil, le cinéma et surtout le bowling. Là où les riches abandonnent leur style pour des chaussures de location. Prêté depuis deux ans par Rio Ave, le garçon s'est finalement engagé avec Monaco jusqu'en 2019 en mai dernier. Le montant du transfert n'a jamais été révélé. Normal, Fabinho appartient à l'écurie Jorge Mendes. Là où le…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant