Fabienne Keller : "Il faut se donner les moyens de réinvestir sur le rail"

le
1
Pour Fabienne Keller, la suppression annoncée de trains Intercités et de trains de nuit est le résultat de l?abandon de l?écotaxe par Ségolène Royal.
Pour Fabienne Keller, la suppression annoncée de trains Intercités et de trains de nuit est le résultat de l?abandon de l?écotaxe par Ségolène Royal.

Le Point : Selon vous, la suppression annoncée de trains Intercités et de trains de nuit est le résultat de l?abandon de l?écotaxe par Ségolène Royal. C?est-à-dire ?

Fabienne Keller : La question des Intercités ne peut être isolée du reste du réseau ferroviaire. Or l?écotaxe devait alimenter le budget de l?Afitf (Association de financement des infrastructures de transport), dont l?objectif est avant tout l?investissement sur le réseau ferroviaire. Son abandon a provoqué un manque à gagner terrible pour l?État.

Mais le rapport Duron, justement, n?apporte-t-il pas d?autres solutions pour redynamiser le ferroviaire ?

J?ai plutôt l?impression qu?il préconise des solutions de repli. Moins il y aura d?offres, moins il y aura de voyageurs. C?est un cercle infernal, au détriment des territoires non desservis par le TGV. Le rapport n?apporte aucune ambition au réseau ferré, il abandonne les territoires.

Mais vous ne pouvez pas nier qu?il y a des lignes peu fréquentées et hautement déficitaires ?

Il n?est pas surprenant que des lignes avec un faible confort et une fiabilité limitée soient désertées par les voyageurs. Aujourd?hui, le principal concurrent de la SNCF, c?est le covoiturage. Demain, ce seront les cars. À long terme, c?est une absurdité de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xk8r le mardi 26 mai 2015 à 18:37

    c'est qui celle là ?