F1: victoire de Sebastian Vettel, doublé Red Bull en Malaisie

le
0
VICTOIRE DE SEBASTIAN VETTEL EN MALAISIE
VICTOIRE DE SEBASTIAN VETTEL EN MALAISIE

par John O'Brien

SEPANG, Malaisie (Reuters) - Sebastian Vettel a offert une victoire et un doublé à Red Bull avec son coéquipier Mark Webber dimanche sur le circuit de Sepang au terme d'un Grand Prix de Malaisie marqué par les rivalités au sein des principales écuries.

Quatre secondes seulement ont séparé les pilotes allemand et australien au passage du drapeau à damier et elles tenaient autant des consignes de course que de la supériorité du champion du monde en titre.

Les Mercedes de Lewis Hamilton et Nico Rosberg ont pris les troisième et quatrième places, roues dans roues avec 12 secondes de retard et là encore la hiérarchie entre les deux pilotes a été décidée dans les stands.

Le Brésilien Felipe Massa a terminé cinquième sur Ferrari sans avoir pu se mêler à la bataille pour le podium et après avoir dépassé dans les derniers tours le Français Romain Grosjean, sixième sur Lotus juste devant son coéquipier finlandais Kimi Räikkönen, vainqueur la semaine dernière du Grand Prix d'Australie, première course de la saison.

Vettel prend la tête du championnat du monde des pilotes avec 40 points devant Räikkönen 31 et Webber 25.

Précédée par une violente averse de pluie qui a fait chuter la température d'une dizaine de degrés, la course avait commencé par un coup de théâtre: au deuxième virage, l'Espagnol Fernando Alonso, vainqueur à Sepang la saison dernière, a endommagé son aileron avant dans un léger accrochage avec Vettel, parti en pole position. Le double champion du monde n'a pas voulu rentrer au stand pour réparer et l'a payé d'une sortie de piste au deuxième tour.

WEBBER ET ROSBERG FRUSTRÉS

Un autre incident a opposé les deux pilotes de Red Bull au 44e des 56 tours lorsque Webber, parti en cinquième position, mais revenu en tête a été contraint de laisser passer Vettel.

L'Australien s'est en outre plaint après l'arrivée que son écurie lui ait signalé après le dernier arrêt aux stands que la course était "gelée" et lui ait demandé de baisser de régime en invoquant la nécessité d'économiser la voiture et les pneus.

"C'est ainsi que ça se passe. Je suis déçu de la manière dont les choses se sont passées et du résultat de cette course", a-t-il ajouté.

Vettel a joué les innocents. "C'était très serré, roue dans roue. J'ai apprécié cette bataille et j'ai pris le dessus à la fin", a-t-il dit à sa descente du podium. "C'est très tendu mais si nous avons quelques chose à dire, nous le dirons en privé."

La tension était également sensible chez Mercedes où les responsables de l'écurie ont clairement privilégie Lewis Hamilton et freiné Nico Rosberg, qui s'était placé dans les roues du Britannique pour montrer qu'il était plus rapide que lui dans les derniers tours.

L'Allemand a exprimé son dépit sur la radio de l'écurie après avoir franchi la ligne.

Hamilton a laissé percer sa gêne. "Pour être honnête, je pense que Nico devrait être sur le podium. Il a fait une meilleure course que moi (...) mais la course est la course", a-t-il dit.

Jean-Paul Couret pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant