F1: Vettel retrouve des couleurs à Bahreïn, la tension persiste

le
0
F1: Vettel retrouve des couleurs à Bahreïn, la tension persiste
F1: Vettel retrouve des couleurs à Bahreïn, la tension persiste

par Alan Baldwin

MANAMA (Reuters) - L'Allemand Sebastian Vettel, champion du monde en titre de Formule Un, partira dimanche pour la première fois de la saison en pole position au Grand Prix de Bahreïn, disputé dans des circonstances troublées par les manifestations politiques.

Samedi, le pilote de l'écurie Red Bull, 24 ans, a devancé le Britannique Lewis Hamilton, aux commandes d'une McLaren, qui partira à ses côtés en première ligne.

Coéquipier de Vettel, l'Australien Mark Webber s'élancera en troisième position devant le Britannique Jenson Button, sur McLaren.

Pas plus que les essais libres de la veille, les qualifications n'ont été perturbées par les manifestations de l'opposition. Mais les images des incidents et l'annonce par le parti d'opposition Wefaq de la mort d'un manifestant ont relancé la polémique sur l'opportunité d'organiser un Grand Prix à Bahreïn, qui avait été annulé l'an dernier.

"Je suis désolé d'entendre cela. Je ne suis pas sûr que tout ce qui a été dit corresponde à la réalité de ce qui se passe dans ce pays", a dit Jean Todt, président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), à un petit groupe de journalistes sur le circuit de Sakhir.

"J'ai le sentiment que la F1 est très forte. Je pense que c'est une marque très forte et je pense que toutes les personnes des différentes équipes à qui j'ai eu l'occasion de parler sont très heureuses", a-t-il poursuivi. "On m'a même dit que cela aurait été une erreur de ne pas venir."

Jean Todt, qui avait jusque-là gardé le silence, a ajouté qu'il "respect(ait) les médias". "Mais ce n'est pas ce que j'ai vu et ce que m'ont dit un grand nombre de gens avec lesquels j'ai discuté".

Reprenant à son compte les opinions exprimées par de nombreux acteurs de la F1, dont Bernie Ecclestone, le grand argentier de la discipline, le président de la FIA a souligné que le sport n'avait rien à voir avec la politique ou la religion.

Jean Todt a assuré que seule une petite partie de la population bahreïnie était opposée à la tenue d'un Grand Prix. "Devons-nous pénaliser 80 à 90% de la population parce que 10% est contre ? Ma réponse est non. Malheureusement, l'attention médiatique, à tort ou à raison, encore une fois je n'ai pas à me prononcer, est davantage portée sur cette minorité."

LES RED BULL DE RETOUR EN POINTE

Sur le plan sportif, Sebastian Vettel a signé samedi la 31e pole de sa carrière, mais la première de sa saison, plaçant sa Red Bull en position idéale pour gommer un début de saison compliquée.

"Ce résultat était un devoir pour l'équipe", a dit le jeune pilote allemand, double champion du monde en titre.

Les trois première courses de la saison ont vu trois vainqueurs différents, sans qu'un pilote de l'écurie Red Bull, dominatrice ces deux dernières saisons, ne monte sur la plus haute marche du podium.

En tête du championnat du monde, Lewis Hamilton devance au classement son compatriote Jenson Button et l'Espagnol Fernando Alonso, tous trois étant d'ancien champions du monde.

L'Allemand Nico Rosberg, vainqueur dimanche dernier à Shanghai du premier Grand Prix de sa carrière, a réalisé le cinquième temps sur Mercedes, son coéquipier et compatriote Michael Schumacher devant se contenter du 18e chrono.

Le Français Romain Grosjean (Lotus) a signé le septième temps alors que Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) et Charls Pic (Marussia) terminent respectivement 19e et 21e des qualifications.

Chrystel Boulet-Euchin et Tangi Salaün pour le service français, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant