F1: un succès de Button à Monza ferait voir rouge aux tifosi

le
0
UN SUCCÈS DE BUTTON EN ITALIE MÉCONTENTERAIT LES TIFOSI
UN SUCCÈS DE BUTTON EN ITALIE MÉCONTENTERAIT LES TIFOSI

par Alan Baldwin

MONZA, Italie (Reuters) - Jenson Button a terminé deuxième du Grand Prix d'Italie de Formule Un ces trois dernières années mais la perspective ne l'emplit pas pour autant d'une immense joie.

Monza, où Ferrari court à domicile, est le temple du sport automobile italien. Quiconque y bat les monoplaces rouges ne saurait conquérir véritablement le coeur des nombreux "tifosi".

Button, parti en pole et vainqueur en Belgique la semaine dernière en ayant mené la course du début à la fin, n'avait guère eu de problèmes en 2010 après avoir terminé deuxième, entre les Ferrari de Fernando Alonso et de Felipe Massa.

Mais l'an passé, il avait franchi la ligne devant l'Espagnol et sous les huées.

Alonso arrive cette fois en étant en tête du championnat du monde des pilotes, malgré son abandon dimanche dernier à Spa après avoir été pris dans un accident dès le premier virage de la course, et il est attendu au tournant.

McLaren a remporté les deux derniers Grand Prix et puisque son staff distribue des T-shirt rouges à ses supporters pour fêter chacune de ses victoires, il y a des chances que l'ironie l'emporte et que les fans italiens voient rouge.

"Monza est simplement un petit peu différent", explique Button à Reuters.

"Gagner à Monza est une grande émotion mais ce n'est pas là que vous êtes le plus heureux d'être sur le podium", ajoute le Britannique qui n'a jamais gagné sur ce circuit proche de Milan et a besoin de chaque point s'il veut combler l'écart avec Alonso dans la course au titre.

"Les tifosi sont ici pour soutenir Ferrari (...) ils ne sont pas là pour nous soutenir nous", rappelle Button, deuxième en 2009, année de son titre mondial, derrière un ancien pilote Ferrari, Rubens Barrichello, qui courait alors à ses côtés chez Brawn GP.

"Je n'aime pas les huées des gens. Je ne suis pas habitué au public du football. Mais Monza est un haut lieu. Alors oui, ce serait grand de gagner ici."

"VOILE ROUGE"

Le public de Monza - particulièrement en ces temps de crise économique - n'est plus ce qu'il était à l'époque où Enzo Ferrari était encore en vie, et où il s'entassait dernières les panneaux publicitaires pour mieux voir et envahir la piste en cas de succès de Ferrari.

Mais il reste toujours l'un des plus expansifs de la compétition automobile.

"Quand je pense à Monza, je vois immédiatement tout à travers un voile rouge", a dit Michael Schumacher qui a remporté cinq de ses sept titres mondiaux avec Ferrari et reste l'une des légendes de Maranello bien qu'il pilote désormais pour une écurie rivale, Mercedes.

Alonso est donc actuellement en tête du championnat du monde avec 24 points d'avance sur Sebastian Vettel, double tenant du titre, alors que Button, sixième au général compte 63 longueurs de retard sur l'Espagnol.

Coéquipier de Button, Lewis Hamilton est, lui, impatient de retrouver le podium après sa victoire en Hongrie juste avant la trêve du mois d'août. Le Britannique a été pris dans le même accident qu'Alonso à Spa.

Le Français Romain Grosjean, à l'origine de l'accrochage en Belgique, est pour sa part suspendu pour ce Grand prix d'Italie et sera suppléé par le Belge Jérôme D'Ambrosio.

Kimi Räikkönen, autre pilote de l'écurie Lotus, reste placé dans la course au titre, même s'il n'a pas encore remporté de course en cette saison de retour en F1. Le Finlandais visera son quatrième podium consécutif.

Vettel, vainqueur l'an passé, et son équiper australien Mark Webber figurent aussi parmi les favoris.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant