F1-Suzuka : le GP du Japon, "must" de la saison

le
0
Déjà vainqueur l'an dernier, Vettel pourrait être sacré champion du monde si Alonso fait moins bien que 9e.
Déjà vainqueur l'an dernier, Vettel pourrait être sacré champion du monde si Alonso fait moins bien que 9e.

Une semaine seulement après le Grand Prix de Corée, le paddock s'installe au coeur de l'archipel japonais, près de Nagoya. Direction : le circuit de Suzuka, l'un des circuits les plus appréciés des pilotes. Technique et enlevé, ce circuit de 5,807 kilomètres fait appel au meilleur de l'art du pilotage des 22 engagés. "C'est le must de la saison", s'enthousiasme Charles Pic (Caterham), quand Nico Hulkenberg apprécie "un tracé qui provoque un grand sourire sur le visage de tous les pilotes". Le public est également au rendez-vous : le GP du Japon est l'un des plus populaires de l'année, accueillant plus de 120 000 spectateurs. Un écrin idéal pour un scénario qui pourrait l'être tout autant : si Fernando Alonso (Ferrari) ne parvient pas à faire mieux que la neuvième place, Sebastian Vettel pourrait remporter sa quatrième couronne mondiale. Ça tombe bien : l'an passé, l'Allemand s'était imposé ici après s'être élancé de la pôle position. L'histoire : Suzuka consacre ses rois Depuis 1976, le GP du Japon fait partie du calendrier de la F1. Mais l'une des particularités des relations entre le Japon et le Championnat du monde, c'est le changement de circuits : celui du mont Fuji sera remplacé par celui de Suzuka. Clôturant le championnat en 1976, le circuit "volcanique" est le théâtre de la lutte entre Niki Lauda et James Hunt, ce dernier devenant champion du monde à l'issue de la course. Mais une course plus tard, le mont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant