F1 : Singapour sur le départ ?

le
0
F1 : Singapour sur le départ ?
F1 : Singapour sur le départ ?

Au détour d’une interview accordée à Auto Motor und Sport, Bernie Ecclestone a assuré qu’il n’était pas certain que Singapour prolonge son contrat pour accueillir un Grand Prix de F1 au-delà de 2017.

Devenue une des attractions du championnat du monde de Formule 1, le Grand Prix de Singapour pourrait voir son avenir s’assombrir. Premier Grand Prix disputé de nuit depuis son arrivée au calendrier en 2008, l’épreuve disputée dans la ville-état pourrait ne pas aller plus loin que l’édition 2017, soit le terme du contrat signé en 2012 entre les autorités locales et la FOM de Bernie Ecclestone. Ce dernier, lors d’un entretien accordé à Auto Motor und Sport, a confié ses doutes sur l’avenir du Grand Prix de Singapour face à la volonté des décideurs de ne pas aller plus loin. « Regardez ce qu’on a fait pour Singapour. Oui, le Grand Prix coute beaucoup d’argent à Singapour mais nous leur avons aussi donné beaucoup d’argent, rappelle Mister E. Tout d’un coup, Singapour est devenue beaucoup plus qu’un simple aéroport où faire escale avant d’aller ailleurs. Ils pensent désormais qu’ils ont atteint leur but et ne veulent plus accueillir de Grand Prix à l’avenir. »

Ecclestone veut sauver le Canada et le Brésil, pas aider l’Allemagne

Mais Singapour n’est pas le seul Grand Prix dont l’avenir est menacé. Le Brésil pourrait arrêter les frais à l’avenir, tout comme le Canada mais Bernie Ecclestone veut conserver ces rendez-vous. « Nous faisons de notre mieux pour garder le Canada au calendrier, assure le grand argentier de la F1. Au Brésil, nous tentons de le faire également, quand bien même c’est difficile. » Mais le Britannique ne se veut pas aussi magnanime avec l’Allemagne, dont le Grand Prix est revenu en 2016 après un an d’absence mais dont le sort pour 2017 est loin d’être réglé : « En ce qui concerne Hockenheim, nous ne pouvons pas subventionner une course en Allemagne si nous ne le faisons pas pour les autres courses en Europe ».

Ecclestone remet en cause l’engagement des constructeurs

Et s’il voulait tirer la sonnette d’alarme, Bernie Ecclestone a gardé une munition sous le coude, assurant que des constructeurs pourraient quitter la F1 d’ici quelques années. « Il est possible qu’il nous arrive que Mercedes et Ferrari s’en aillent. Mais, honnêtement, si les courses gagnent en qualité, cette vision pourrait ne pas être aussi terrible, assure Mister E. De toute façon, nous devons nous attendre à voir des constructeurs partir. Mercedes s’en ira le jour où cela leur conviendra et c’est quelque chose qui nous est déjà arrivé par le passé, avec Honda, BMW et Toyota. Ils s’en vont quand la F1 leur a apporté ce qu’ils en attendaient, sans aucune gratitude. » Rien ne dit que ces constructeurs vont partir du jour au lendemain mais quand on voit les décisions que Volkswagen a dû prendre face à un scandale comme celui des moteurs diesel truqués, tout reste possible.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant