F1: Sebastian Vettel tout proche d'un quatrième titre

le
0
SEBASTIAN VETTEL TOUT PRÈS D'UN QUATRIÈME SACRE
SEBASTIAN VETTEL TOUT PRÈS D'UN QUATRIÈME SACRE

par Alan Baldwin

NEW DELHI (Reuters) - L'Allemand Sebastian Vettel n'a jamais été aussi près de coiffer une quatrième couronne consécutive de champion du monde de Formule Un.

Ce pourrait être fait à l'issue du Grand Prix d'Inde ce week-end. Tout indique que le pilote de l'écurie Red Bull, 26 ans, deviendra le plus jeune quadruple champion du monde de l'histoire avant même le terme d'une saison durant laquelle un nouveau sacre de l'Allemand a rapidement paru inéluctable.

Depuis l'inscription de l'étape indienne au calendrier de la F1, en 2011, il a toujours fait la course en tête sur le circuit Buddh, partant à chaque fois en pole position.

Avec 90 points d'avance au classement du championnat du monde sur Fernando Alonso, alors que quatre courses restent à disputer, l'Allemand n'a même pas besoin de finir l'épreuve dimanche pour devenir le troisième pilote de l'histoire à décrocher quatre titres mondiaux consécutifs.

Alonso est le seul à pouvoir le priver de cette performance et une victoire ne suffirait même pas à l'Espagnol pour empêcher Vettel d'être sacré, puisqu'il faudrait également que l'Allemand termine au moins cinquième.

Un abandon d'Alonso et de sa Ferrari offrirait le titre à Vettel, qui n'a abandonné qu'une seule fois cette saison et a terminé au pire quatrième de toutes les autres courses en 2013.

Si l'Allemand ne finissait pas dans les points, Alonso devrait être à l'une des deux premières places pour rester mathématiquement en course.

Le pilote Red Bull est sur une trajectoire qui pourrait lui permettre d'écrire une nouvelle page de l'histoire de son sport.

Au Japon, ce mois-ci, il a remporté sa cinquième victoire de suite en Grand Prix. Personne, depuis Michael Schumacher, n'avait signé une telle série.

HAMILTON PRÊT À PARIER

Personne n'exclut même de le voir gagner les quatre derniers Grand Prix de l'année pour signer neuf succès à la suite, ce qu'aucun pilote n'a fait depuis l'Italien Alberto Ascari, il y a 60 ans.

"S'il n'a pas de problème de fiabilité, je suis prêt à miser de l'argent là-dessus", a dit Lewis Hamilton, le pilote de Mercedes, après le Grand Prix du Japon, à Suzuka.

Pour sa part, Alonso n'a plus gagné une course depuis sa victoire chez lui, en Espagne, en mai. Et s'il a terminé deuxième de cinq autres courses, Vettel a franchi le drapeau à damiers devant lui lors de quatre d'entre elles.

Fernando Alonso peut espérer être une fois encore chanceux après avoir terminé troisième en 2001 et deuxième l'an passé mais le circuit indien semble être davantage celui de Vettel que de l'Espagnol, qui n'a plus d'autre objectif que d'aider Ferrari au classement des constructeurs.

Deuxième, l'écurie italienne ne compte que dix points d'avance sur Mercedes, qui précède elle-même Lotus de 23 points.

Quant à Red Bull, en tête du classement, elle peut également s'adjuger un quatrième titre consécutif dès dimanche, comme une cerise sur le gâteau en cas de succès de Vettel.

"Tout s'est toujours bien passé pour nous en Inde", a prévenu Vettel cette semaine.

Pour les autres pilotes, il s'agira de la dernière occasion de priver l'Allemand de ce plaisir puisque la course disparaît du calendrier l'an prochain. Les autorités locales restent néanmoins en négociation pour un retour en 2015.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant