F1: Sebastian Vettel tient ses rivaux à distance à Monza

le
0
SEBASTIAN VETTEL PARTIRA EN TÊTE À MONZA
SEBASTIAN VETTEL PARTIRA EN TÊTE À MONZA

par Alan Baldwin

MONZA, Italie (Reuters) - Sebastian Vettel s'est adjugé samedi la pole position du Grand Prix d'Italie de Formule Un et s'élancera dimanche aux côtés de son équipier chez Red Bull, Mark Webber, avec déjà une marge sur ses principaux concurrents au championnat du monde.

Le triple champion en titre a dominé les qualifications de la tête et des épaules sur le circuit de Monza, qu'il a bouclé en 1'23"755.

Sur les terres de Ferrari, Fernando Alonso, dauphin de l'Allemand au classement des pilotes, a dû se contenter de la cinquième place sur la grille, derrière son équipier Felipe Massa et le surprenant Nico Hülkenberg, troisième sur Sauber.

Autres candidats au titre, le Britannique Lewis Hamilton sur Mercedes et le Finlandais Kimi Räikkönen sur Lotus ont disparu dès la deuxième partie des qualifications et partiront en milieu de peloton, respectivement en 12e et 11e positions.

"J'ai piloté comme un idiot. Je n'avais pas aussi mal conduit depuis très, très longtemps. Je suis désolé pour l'équipe", a déploré Lewis Hamilton qui connaît bien ce circuit puisqu'il y avait triomphé l'année dernière.

"Je n'ai pas bien conduit, tout simplement. Il n'y a pas grand-chose à dire de plus. J'allais vite en Q1 (la première séance) et après je ne sais pas ce qui s'est passé", a ajouté le champion du monde 2008, troisième au général.

"Je vais faire tout mon possible depuis ma position de départ mais ça va être délicat."

Sebastian Vettel, qui a signé à 26 ans la 40e pole position de sa carrière, pourra profiter des déboires de ses concurrents pour accroître encore un peu son avance - actuellement de 46 points sur Alonso - deux semaines après sa victoire en Belgique.

"Ce week-end, la voiture était fantastique", s'est réjoui l'Allemand, vainqueur en Italie en 2008 au volant d'une Toro Rosso et en 2011.

"Au bout du compte, c'est un peu une surprise d'avoir les deux voitures en première ligne sur un circuit qui, traditionnellement, ne nous réussit pas. Cette année, ç'a l'air de marcher", a-t-il dit.

Le triple champion devra toutefois se méfier, entre autres, des Ferrari de Fernando Alonso et de Felipe Massa, prêt à se sacrifier pour donner un avantage à l'Espagnol.

"Il se bat pour le titre, pas moi. Je vais tout faire pour aider l'équipe", a dit le Brésilien dont la dernière victoire en Grand Prix remonte à 2008.

Le Français Jean-Eric Vergne sur Toro Rosso, qui a fini la troisième séance Par une excursion dans les graviers, partira en dixième position, Romain Grosjean (Lotus) en treizième.

Bertrand Boucey et Simon Carraud pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant