F1: Sebastian Vettel en pole au Grand Prix de Malaisie

le
0
SEBASTIAN VETTEL PREND LA POLE POSITION DU GRAND PRIX DE MALAISIE
SEBASTIAN VETTEL PREND LA POLE POSITION DU GRAND PRIX DE MALAISIE

par John O'Brien

SEPANG, Malaisie (Reuters) - L'Allemand Sebastian Vettel a confirmé que sa Red Bull était la voiture la plus rapide du début de saison en prenant samedi la pole position du Grand Prix de Malaisie, la deuxième en deux courses, la 38e de sa carrière.

Par une chaleur accablante, image de marque de la course, et sous la pluie, le triple champion du monde en titre a signé le meilleur temps des essais de qualification sur le circuit de Sepang avec 913 millièmes et 1"053 d'avance sur les deux pilotes de Ferrari, le Brésilien Felipe Massa et l'Espagnol Fernando Alonso.

Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) sera en quatrième position.

Viendront ensuite la Red Bull de l'Australien Mark Webber et la Mercedes de l'Allemand Nico Rosberg puis, sur la quatrième ligne, la Lotus du Finlandais Kimi Räikkönen, vainqueur du premier GP de la saison en Australie, le week-end dernier, et la McLaren du Britannique Jenson Button.

L'Allemand Adrian Sutil et le Mexicain Sergio Perez complètent le Top 10 sur Force India et McLaren.

Le Français Romain Grosjean n'a pu faire mieux que le 11e temps sur Lotus.

Vettel avait déjà conquis la pole à Melbourne mais avait terminé troisième, laissant la victoire à Räikkönen qui avait mieux géré ses pneus, ce qui lui a permis de ne faire que deux arrêts aux stands contre trois à ses adversaires.

CHANGEMENT DE PNEUS

A Sepang, Vettel a débuté les essais de qualification avec prudence jusqu'à l'arrivée de la pluie à la fin de la deuxième session.

L'Allemand a décidé de changer de pneus très vite dans la troisième session, a fait parler la vitesse de sa Red Bull et a clairement fait savoir qu'il entendait prendre sa revanche du Grand Prix d'Australie.

"Quand on part en tête, on veut toujours finir en tête", a-t-il dit. "La course sera longue et c'est difficile de connaître la vraie vitesse des voitures, mais nous avons confirmé ce que nous avions vu en Australie et je suis satisfait de l'équilibre de la voiture."

"Nous savions qu'il allait pleuvoir mais nous pensions que ce serait au début des essais. Elle n'est pas venue et nous sommes partis avec des pneus secs", a-t-il dit pour expliquer sa stratégie de changement de pneus.

"Nous étions un peu en difficulté dans la deuxième session et la pluie nous a un peu aidés à atteindre la troisième. Là, avec le circuit qui séchait, il était clair qu'il valait mieux changer de pneus. Nous l'avons fait assez vite et c'était la bonne chose à faire."

Jean-Paul Couret pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant