F1 : quand le titre s'est joué au bout du suspense (1)

le
0
Alain Prost, en 1986, remporte le deuxième de ses quatre titres lors du dernier Grand Prix. Qui s'imposera cette saison au cours de la dernière manche ?
Alain Prost, en 1986, remporte le deuxième de ses quatre titres lors du dernier Grand Prix. Qui s'imposera cette saison au cours de la dernière manche ?

Jusqu'au dernier tour. Il y a des saisons où la F1 retient son souffle, où le titre de champion ne tient qu'à un fil, celle d'une dernière course. Plongée dans l'histoire de la discipline, qui rappelle que la plus prestigieuse des compétitions automobiles n'est pas seulement dévolue à des champions que rien n'arrête, comme ce fut le cas durant certaines années survolées par Michael Schumacher et Sebastian Vettel plus récemment. Premier volet avec une rétro du premier titre de Fangio au doublé d'Häkkinen. 1951 : Fangio hisse haut son Alfa Romeo

Pour Juan Manuel Fangio, la saison avait pourtant bien commencé. Il s'impose lors de la première course, en Suisse, puis de la seconde à Reims au volant de sa Tipo 159 de chez Alfa Romeo. Sauf que les Ferrari de José Froilán González et d'Alberto Ascari se rebiffent et prennent les commandes du classement, creusant l'écart, notamment après le GP d'Italie où Fangio abandonne. À Barcelone, sur le tracé urbain de Pedralbes, Juan Manuel Fangio tient sa revanche. Les deux pilotes de la Scuderia sont pénalisés pour de mauvais choix pneumatiques. Fangio en profite pour remporter le premier de ses cinq titres de champion du monde.

1976 : Hunt, la pluie et l'abandon de Lauda

Il s'agit déjà de l'histoire d'un duel. La bataille entre Lauda et Hunt est épique, d'autant que le premier est victime en Allemagne d'un accident violent. Il percute le talus, perd son casque, avant d'être extrait de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant