F1: Monaco, la meilleure chance de Lewis Hamilton

le
0
MONACO, LA MEILLEURE CHANCE DE VICTORIE POUR LEWIS HAMILTON
MONACO, LA MEILLEURE CHANCE DE VICTORIE POUR LEWIS HAMILTON

par Alan Baldwin

MONACO (Reuters) - L'heure de vérité arrive pour Lewis Hamilton qui voit se profiler, dimanche à Monaco, sa plus belle occasion de remporter un premier Grand Prix au volant de sa Mercedes.

Le départ du champion du monde 2008 pour l'écurie allemande s'est accompagné de scepticisme, beaucoup d'observateurs doutant de sa capacité à lutter pour le titre mondial cette saison.

Mais Mercedes arrive en principauté sur la lancée de trois pole positions consécutives et y a bien réussi par le passé.

Ces récentes performances en qualifications ne se sont pas traduites en course, les pneumatiques souffrant par trop sur la monoplace allemande. Or, les rues étroites et tortueuses de Monaco devraient permettre de moins les solliciter.

En outre, Lewis Hamilton apprécie particulièrement le luxueux Rocher, où il réside désormais, et son circuit spectaculaire, sur lequel il s'est imposé en 2008.

"Ils arrivent en favoris pour Monaco", juge l'Espagnol Fernando Alonso, vainqueur sur sa Ferrari du dernier Grand Prix, chez lui à Barcelone.

"Ils étaient en pole lors des trois dernières courses, ils étaient en pole l'année dernière avec Michael (Schumacher), donc ce serait une surprise de ne pas les voir en pole à Monaco", a-t-il ajouté.

"Et c'est plus difficile de dépasser à Monaco, donc peut-être pourront-ils garder ces positions plus longtemps."

L'Allemand Nico Rosberg, parti en pole à Bahreïn et en Espagne, a commencé à lui donner raison jeudi en signant le meilleur temps des essais libres.

ALONSO ET RÄIKKÖNEN CHASSENT L'HISTOIRE

Les pneumatiques devraient ne pas poser les mêmes problèmes qu'en Espagne, où leur usure a contraint la plupart des pilotes à quatre arrêts en course et où Hamilton, parti en deuxième position, a rétrogradé à la 12e place.

Le fournisseur officiel du plateau, Pirelli, livrera à Monaco ses gommes les plus tendres et estime que deux arrêts aux stands devraient suffire.

Lewis Hamilton a quitté Barcelone déçu par sa contreperformance et n'avait pas la tête à Monaco. Un voyage aux Etats-Unis pour un sponsor et une visite au Mans le week-end dernier lors du Grand Prix de MotoGP lui auront changé les idées.

Chez lui à Monaco, il attend donc la course avec impatience, conforté par les temps réalisés l'an dernier par Schumacher, son prédécesseur dans le baquet Mercedes.

"Puisque Michael était en pole, (la voiture) devait être vraiment bonne. Donc j'espère que ce sera pareil cette année", a-t-il dit.

Mais Nico Rosberg a beau être rapide et Lewis Hamilton courir à domicile, les Red Bull sont en embuscade après avoir raflé la mise ces trois dernières saisons, notamment grâce à l'Australien Mark Webber, vainqueur en 2010 et 2012.

L'an passé, il avait profité de la sanction infligée à Schumacher après un accrochage lors du Grand Prix précédent pour s'élancer de la première place. Il avait tenu, malgré un Rosberg pressant sur ses talons.

Et comme il y a un an, il arrive en principauté en quête de sa première victoire de la saison - une affaire qui aurait déjà été réglée si son coéquipier Sebastian Vettel avait respecté les consignes en Malaisie et l'avait laissé finir devant.

"Ça a toujours été une bonne piste pour moi", dit Webber.

"Ça reste un site intimidant, très exigeant. Je ne dis pas que c'est les vacances ici mais quand je suis là, quelque chose - je ne sais quoi -, fait que je me sens bien."

Puisque Sebastian Vettel, triple champion du monde en titre, a privé son équipier d'un succès, il est avec Alonso le seul pilote à s'être imposé deux fois cette saison et domine le classement du championnat avec quatre points d'avance sur le Finlandais Kimi Räikkönen et 17 sur l'Espagnol.

Fernando Alonso peut devenir le premier pilote à l'emporter avec trois voitures différentes à Monaco après y avoir triomphé sur Renault et McLaren.

Kimi Raïkkönen poursuivra aussi dimanche une quête personnelle. S'il finit dans les points pour la 23e fois d'affilée, il lui suffira d'en faire de même lors de l'étape suivante au Canada pour égaler le record de Michael Schumacher.

Gregory Blachier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant