F1 : la polémique du bruit étouffée par le feu d'artifice sur piste

le
0
Le duel entre Hamilton (1er) et Rosberg (2e) a animé une course qui a fait oublier la polémique concernant le bruit des moteurs.
Le duel entre Hamilton (1er) et Rosberg (2e) a animé une course qui a fait oublier la polémique concernant le bruit des moteurs.

Il y a des habitudes qui ne se perdent pas en Formule 1 : pas une saison, pas une course, sans son lot de polémiques, de petites phrases. De quoi alimenter le feuilleton quotidien d'une saison découpée en dix-neuf rendez-vous, soit autant de week-ends où les pilotes se disputent le plus prestigieux des championnats. En cause cette année : un changement de motorisation - du V8 au V6 turbo hybride - qui fait perdre aux cylindrées le bruit puissant et rugissant pour une sonorité plus étouffée, laissant même entendre les crissements de pneumatiques sur certains virages serrés. Vettel : "C'est plus silencieux que dans un bar" Le premier Grand Prix de Melbourne est l'occasion d'une première salve de critiques, le bruit s'ajoutant à la vitesse plus lente des monoplaces, avec un différentiel de 3 secondes par rapport à la saison précédente. En Malaisie, quinze jours plus tard, c'est "Le" sujet de conversation n° 1. Même Sebastian Vettel, champion du monde en titre, s'invite à la fête : "C'est de la m... ! J'étais sur le muret des stands et c'est plus silencieux que dans un bar !" De quoi alimenter la machine à regrets, dans une cacophonie largement relayée - et pas toujours intelligemment - par les réseaux sociaux. Sept jours plus tard, à Bahreïn, la polémique reprend de plus belle. Jusqu'à ce que Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1, juge "inacceptables" les nouvelles monoplaces. Il convoque d'ailleurs une réunion, samedi, à la veille de la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant