F1: Hamilton et Alonso, duo gagnant à Monza

le
0
LES DEUX GAGNANTS DE MONZA
LES DEUX GAGNANTS DE MONZA

MONZA, Italie (Reuters) - Le Britannique Lewis Hamilton a remporté dimanche le Grand Prix d'Italie qui manquait à son palmarès en franchissant la ligne d'arrivée du circuit de Monza devant le Mexicain Sergio Perez et l'Espagnol Fernando Alonso.

Certes, l'ambassadeur de la "scuderia" Ferrari n'a pris que la troisième place, mais il fait figure de grand gagnant puisqu'il a porté à 37 points son avance au classement du championnat du monde des pilotes à six manches de la fin de la saison.

Sur le podium dressé au-dessus de la piste, le double champion du monde a poussé le cri de joie le plus retentissant pour le plus grand bonheur des supporters de Ferrari qui formaient une marée rouge.

Derrière lui, l'Allemand Sebastian Vettel, qui n'a pas fini la course, a cédé sa place de deuxième du classement à Lewis Hamilton.

Le pilote de McLaren a vécu un week-end parfait sur le circuit le plus rapide de la saison où il a signé sa troisième victoire cette année, la 20e de sa carrière.

"C'est fantastique d'avoir gagné ici. Je suis tout simplement heureux pour mon équipe. Cette journée a été merveilleuse", a-t-il dit.

"Fernando est double champion du monde, donc je suis très heureux pour lui aussi", a ajouté Lewis Hamilton au sujet de l'Espagnol qu'il a fréquenté au sein de l'écurie McLaren il y a cinq ans.

L'après-midi n'a pas souri à tout le monde, en particulier à l'écurie Red Bull qui a vécu une course cauchemardesque puisque, outre le champion du monde entre titre Sebastian Vettel, l'Australien Mark Webber a abandonné en pleine course.

"LA VICTOIRE ÉTAIT HORS DE PORTÉE"

Sebastian Vettel a quitté la piste à six tours de l'arrivée et a glissé par la même occasion en quatrième position au classement des pilotes.

Avant son abandon, l'Allemand avait écopé d'une pénalité pour avoir gêné Fernando Alonso.

Le compatriote et coéquipier de Lewis Hamilton chez McLaren, Jenson Button, a lui aussi dû abandonner. Vainqueur en Belgique la semaine dernière, le Britannique qui avait fini à la deuxième place lors des trois derniers GP d'Italie a dû se ranger sur le côté à 20 tours de l'arrivée.

Jusqu'alors, il figurait en deuxième place.

Des profondeurs du classement jusqu'au podium, Fernando Alonso a connu une trajectoire inverse. Le pilote a rattrapé ses concurrents les uns après les autres après un départ en dixième position.

"La course n'a pas été évidente vu que je suis parti en 10e, mais nous savions que nous avions peut-être la voiture la plus rapide ce week-end", s'est-il réjoui, rayonnant.

Pour l'Espagnol, cette troisième place avait d'autant plus de valeur qu'il n'avait pas inscrit le moindre point au GP de Belgique une semaine plus tôt, faute d'avoir pu échapper à l'accident provoqué par le Français Romain Grosjean au premier virage.

"C'est un dimanche idéal parce que la victoire était hors de portée. C'est un résultat bien meilleur que celui que nous espérions."

Fernando Alonso s'est également adressé en italien à la foule des "tifosi" qui avaient envahi la piste, temple de Ferrari.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant