F1 - Grand Prix de Singapour : Rosberg s'impose de justesse

le
0
F1 - Grand Prix de Singapour : Rosberg s'impose de justesse
F1 - Grand Prix de Singapour : Rosberg s'impose de justesse

Parti de la pole position, Nico Rosberg n’a quasiment jamais été inquiété durant les 61 tours de course du Grand Prix de Singapour, sauf par la folle remontée de Daniel Ricciardo en fin de course. L’Allemand profite de la troisième place de Lewis Hamilton pour reprendre la tête du championnat du monde.

S’il a été dominateur durant quasiment tout le week-end, Nico Rosberg a joué à se faire peur dans le dernier tiers du Grand Prix de Singapour quand la stratégie est entrée en ligne de compte. Une course qui a commencé avec un choc, au sens propre comme au sens figuré, quand Nico Hulkenberg n’a pas pu passer entre un Max Verstappen qui a manqué son départ et un Carlos Sainz Jr. offensif. L’Allemand est allé au contact avec l’Espagnol, parti en tête à queue dans le peloton pour aller écraser sa Force India contre le mur séparant la piste et les stands. Trop tôt dans la course, l’entrée de la voiture de sécurité n’a rien changé dans les stratégies... mais ce n'était que partie remise dans cette course.

Vettel a joué long puis offensif

Un premier tiers de course qui a été marqué par la tentative de remontée de Sebastian Vettel. Parti de la dernière position, l’Allemand a fait un long premier relais en gommes tendres, les plus durables disponibles ce week-end. Au jeu des arrêts de ses rivaux, l’Allemand est remonté dans le Top 10 puis a décidé d’adopter une stratégie très offensive, passant aux pneus ultra-tendres pour deux relais qui lui ont permis d’être totalement à l’attaque durant le reste de la course et, finalement, terminer à ce qui restera une rageante cinquième place, devant Max Verstappen, Fernando Alonso, Sergio Pérez, Daniil Kvyat et Kevin Magnussen, qui marque un point pour l’écurie Renault, un fait assez rare pour être signalé. Mais le spectacle a été aux avant-postes avec un Nico Rosberg qui a fait un pari qu’il n’est pas passé loin de perdre dans le dernier tour.

Hamilton a provoqué les ennuis de Rosberg

Lewis Hamilton a connu un Grand Prix de Singapour compliqué. Parti de la troisième place, il n’est pas parvenu à prendre le meilleur sur Daniel Ricciardo à l’envol puis a été stoppé dans une éventuelle attaque par la voiture de sécurité. Le Britannique, tout comme son coéquipier, a ensuite été tenu de faire attention à ses freins, talon d’Achille de la Mercedes ce week-end. Avec cela en tête, le champion du monde en titre a cédé dans le deuxième tiers de course face à un Kimi Räikkönen très efficace au volant de sa Ferrari. Pour reprendre la main sur le Finlandais, Lewis Hamilton a fait un pari, celui de faire un arrêt supplémentaire à un peu plus de quinze tours de l’arrivée pour passer des gommes fraîches, plus performantes. Cela a provoqué des arrêts en cascade pour Kimi Räikkönen puis Daniel Ricciardo. C’est alors que la course est devenue folle.

Rosberg a su résister, mais il ne fallait pas un tour de plus

Nico Rosberg a eu l’opportunité de faire, lui aussi, un arrêt supplémentaire pour couvrir la stratégie de ses rivaux mais, avec une trentaine de secondes d’avance sur Daniel Ricciardo, malgré des gommes tendres déjà usées, l’Allemand et Mercedes ont tenté le coup, ou plutôt le pari fou, d’aller au bout ainsi. C’est alors que l’Australien, au volant d’une Red Bull parfaitement à l’aise à Singapour, a repris régulièrement plus de trois secondes par tour à Nico Rosberg, faisant fondre comme neige au soleil l’écart les séparant. Deux secondes, tel était l’écart entre les deux pilotes à l’entame du dernier tour, à 5,5km de l’arrivée. Revenu dans la boite de vitesses de la Mercedes dans le dernier secteur, le pilote Red Bull n’a pas été en mesure de porter l’estocade et échoue à moins d’une demi-seconde de l’Allemand sur la ligne d’arrivée. Une première victoire à Singapour pour Nico Rosberg, sa troisième de suite qui lui permet de reprendre la tête du championnat du monde devant son coéquipier Lewis Hamilton, qui a su tenir en respect Kimi Räikkönen en fin de course pour assurer sa place sur le podium.

Une course à oublier pour les Français

Singapour ne rester pas un excellent souvenir pour les pilotes français cette année. Après être allé à la faute à deux reprises, d’abord en essais libres puis lors des qualifications, Romain Grosjean n’a pas été en mesure de prendre le départ. Le pilote Haas a vu sa monoplace tomber en panne au moment de quitter les stands pour rejoindre la grille de départ. Un souci électronique lié à ses freins arrières a été décelé et, n’ayant pas pu être réglé en temps et en heure, le Français est allé regarder la course à la télévision. Une course où Esteban Ocon a été, lui-aussi, en grande difficulté. Jamais dans le rythme du circuit urbain tracé dans la Ville-Etat, le pilote Manor a trainé sa peine durant la course, qu’il a conclue à deux tours de Nico Rosberg, bien loin derrière son coéquipier Pascal Wehrlein, qui a su terminer devant la Sauber de Marcus Ericsson. Il va maintenant falloir se remobiliser pour la prochaine manche du championnat du monde, dans deux semaines en Malaisie.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant