F1 - Grand Prix d'Abu Dhabi : Hamilton a tout tenté mais Rosberg est bien champion

le
0
F1 - Grand Prix d'Abu Dhabi : Hamilton a tout tenté mais Rosberg est bien champion
F1 - Grand Prix d'Abu Dhabi : Hamilton a tout tenté mais Rosberg est bien champion

A l’issue d’une course tendue, où Lewis Hamilton a joué la tactique du ralentissement dans le dernier tiers de course, le Britannique s’est imposé à Abu Dhabi mais le champion du monde 2016 est bien Nico Rosberg !

Christian Horner avait suggéré l’idée d’un Lewis Hamilton à l’économie, réduisant son rythme pour ralentir Nico Rosberg et le mettre sous la menace des Red Bull et des Ferrari. Lewis Hamilton a bien entendu le patron de l’écurie Red Bull Racing et a appliqué à la lettre cette tactique dans une tentative désespérée de forcer la décision dans la course au titre dans ce Grand Prix d'Abu Dhabi. Mais, avant ça, le départ a été quasiment sans incident. Le coup tactique des Red Bull vue lors des qualifications, de partir en pneus supertendres quand le reste du Top 10 a décollé en ultratendres a fait chou blanc. Daniel Ricciardo a manqué de motricité au départ et a été dépassé par la Ferrari de Kimi Räikkönen. De son côté, Max Verstappen est allé à la faute au premier virage après un contact avec la Force India de Nico Hulkenberg et est reparti très loin dans le paquet. Dès lors, le Néerlandais a rallongé autant que possible son premier relais pour ne faire qu’un seul arrêt. Ce qui lui a permis de se battre pour le podium jusqu’au bout.

Vettel passe à l’attaque

La première surprise de cette course est venu des Mercedes, qui ont toutes deux écourté leur premier relais en gommes ultratendres. Lewis Hamilton est rentré au septième tour avant que Nico Rosberg ne fasse de même un tour plus tard. Pas de différences dans les stratégies puisque les deux pilotes sont ressortis en gommes tendres, les plus durables disponibles pour ce Grand Prix d’Abu Dhabi. Les deux Ferrari ont marqué à la culotte les Mercedes avec la même stratégie, mais c’est ensuite que ça va changer pour Sebastian Vettel. Quand Mercedes a continué sur des gommes tendres pour le dernier relais, l’Allemand a rallongé son deuxième relais pour passer des pneus supertendres neufs et faire une remontée irrésistible vers le podium. Après que Kimi Räikkönen l’ait volontairement laissé passer, l’ancien quadruple champion du monde a dépassé rapidement Daniel Ricciardo puis Max Verstappen à quatre tours de la fin. Le pilote Ferrari a surtout bénéficié de la stratégie osée de Lewis Hamilton pour tenter d’arracher le titre.

Hamilton a vraiment tout tenté

Après la deuxième vague d’arrêts aux stands, Lewis Hamilton a commencé à baisser son rythme. L’objectif du Britannique était clair : garder Rosberg sous contrôle tout en laissant les Red Bull et Vettel revenir pour mettre en danger son coéquipier. Cette stratégie a été explicitée quand Lewis Hamilton a demandé à son stand les temps des autres pilotes derrière lui, pour adapter son rythme. Mais ce petit jeu n’a clairement pas plu en haut lieu chez Mercedes. Son ingénieur lui a ordonné de faire des tours en 1’45’’1 pour aller chercher la victoire. La réponse du Britannique a été cinglante : « Je te suggère de nous laisser courir ». Rosberg, de son côté et avec beaucoup d’humour, a glissé l’idée d’inverser les positions entre les deux Mercedes et, si ça n’aide pas, de rendre à Hamilton la victoire en fin de course. Alors que Vettel est parvenu à mettre sous pression l’Allemand dans les deux derniers tours, Paddy Lowe, le numéro 2 de l’écurie Mercedes a ordonné à son pilote d’augmenter le rythme pour aller gagner la course. Encore une fois, Hamilton a répondu de manière sarcastique : « Je suis en tête en réalité, je me sens bien ». A deux tours de la fin, Hamilton a confirmé son intention : « A l’heure actuelle, je perds le titre, donc peu m’importe si je gagne ou perd la course ». A l’arrivée, Lewis Hamilton l’a bien emporté mais la deuxième place de Nico Rosberg assure à l’Allemand son premier titre de champion du monde alors que Sebastian Vettel conclue une année 2016 difficile sur le podium. Côté Français, pour l’anecdote, Romain Grosjean termine onzième alors qu’Esteban Ocon finit 13eme après une bagarre au-delà de la limite avec son coéquipier Pascal Wehrlein.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant