F1 - GP du Mexique : Ricciardo défend Verstappen, qui s'en prend à Vettel

le
0
F1 - GP du Mexique : Ricciardo défend Verstappen, qui s'en prend à Vettel
F1 - GP du Mexique : Ricciardo défend Verstappen, qui s'en prend à Vettel

A l’image de ce Grand Prix du Mexique sous tension, les réactions à l’issue de la course ne manquaient pas de piquant, dimanche. Il était notamment beaucoup question du pilotage dangereux de Max Verstappen, dont son coéquipier Daniel Ricciardo pend la défense tandis que le jeune Néerlandais invite Sebastian Vettel à revoir sa façon de parler.

Ambiance. Il n’était pas beaucoup question du sportif, dimanche après le Grand Prix du Mexique marqué par la nouvelle victoire de Lewis Hamilton, qui réduit son retard sur Nico Rosberg, mais aussi par les nouvelles incartades de Max Verstappen (Red Bull). Le tout jeune pilote néerlandais a fait parler de lui d’entrée en passant à deux doigts d’envoyer le leader du championnat du monde dans le décor. Un peu plus tard, une nouvelle manœuvre kamikaze pour tenter de dépasser l’Allemand a fait beaucoup parler dans le paddock avant que Verstappen, pour avoir coupé la route de Sebastian Vettel en fin de course, ne soit déclassé. Une sanction que son coéquipier Daniel Ricciardo trouve d’autant plus injuste que, selon l’Australien, Lewis Hamilton et Sebastian Vettel auraient eux aussi mérité d’être pénalisés pour des manœuvres similaires. L’Allemand l’a été quelques heures après la course et a cédé sa troisième place à l’Australien.

Ricciardo : « Tout le monde se plaint du fait de bouger au freinage »

« Tout le monde se plaint du fait de bouger au freinage. Maintenant, Vettel sourit... Il ne mérite pas d'être sur le podium (ndlr : il en a été exclu après la course). J'ai vu qu'il défendait en ligne droite, j'allais me lancer à l'extérieur, puis il a ouvert la porte à l'intérieur, j'ai tenté d'y aller mais il n'a cessé de fermer la porte, je n'avais nulle part où passer. Je n'ai pas compris non plus le départ, comment on peut sortir de la piste et rester en tête. Lewis méritait une pénalité, Max l'a eue, lui. Je ne vois pas la différence avec Lewis. Si on bloque les roues et qu'on sort de piste, on doit en payer le prix. Le pilotage de Max est discutable. C'est pareil aujourd'hui avec Seb. » Seb, Vettel pour ne pas le citer, se trouvait justement dans le collimateur de Verstappen après l’arrivée. Les deux hommes, venus se coller roue dans roue, se sont adressé toutes sortes de politesses. Mais « la langue des signes », pour reprendre les termes de Vettel, n’a pas du tout plu à son jeune concurrent, qui a promis qu’il n’en resterait pas là.

Verstappen : « Vettel ferait mieux de retourner à l’école »

« J’ai vu les images du duel entre Daniel et Vettel, moi, au moins, je le fais comme il faut. Ce qu’il a fait, c’est ridicule. Il s'est décalé sur Daniel, ils se sont touchés, et après, il a passé son temps à crier à la radio. Il a dit d'innombrables gros mots. Il ferait mieux de retourner à l'école ou de faire quelque chose pour corriger son langage. Je vais lui parler, car la manière dont il gère ça est ridicule. Il passe ses week-ends à hurler à la radio. C'est quelqu'un de très frustré, en ce moment. » A noter que le jeune pilote Red Bull, au même titre que Ricciardo, trouve sa sanction excessive, surtout sachant qu’Hamilton, pour avoir lui aussi bloqué ses roues au départ et fait un passage par le gazon, a, lui, bénéficié de la clémence des commissaires. « C'est très similaire à ce qu’il s'est passé au premier virage. Lewis est sorti, il en a grandement bénéficié. Je suis sorti, j'ai repris la piste avec la même avance qu'avant. C'est ridicule. Ils pensaient que je devais rendre la place, mais ça n'a jamais été confirmé. Je ne le retenais pas, je faisais juste de mon mieux. » Le ‘’fan club’’ de Max Verstappen risque encore de faire un carton après ce GP du Mexique.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant