F1 - GP du Mexique : Hamilton s'impose et entretient le suspense

le
0
F1 - GP du Mexique : Hamilton s'impose et entretient le suspense
F1 - GP du Mexique : Hamilton s'impose et entretient le suspense

Le suspense reste entier pour le titre de champion du monde. Lewis Hamilton, vainqueur dimanche du Grand Prix du Mexique, devant Nico Rosberg et Sebastian Vettel (Max Verstappen a été déclassé), le double tenant du titre reprend sept points à son coéquipier et n'a plus que 19 points de retard à deux courses de la fin. Passionnant.

Lewis Hamilton grappille encore sur Nico Rosberg, et la fin de saison s’annonce passionnante. Après le Grand Prix du Mexique, remporté ce dimanche par le Britannique sur les terres qui avaient porté chance à Rosberg l’année dernière, seuls 19 points (349 pour le premier, 330 pour son poursuivant) séparent en effet les deux rivaux et coéquipiers de l’écurie Mercedes, et ce à deux courses de la fin. Le suspense reste donc entier pour le titre avec cette nouvelle victoire du double champion du monde en titre, déjà vainqueur il y a une semaine aux Etats-Unis. Hamilton, premier devant Rosberg et Sebastian Vettel, a décroché sur le circuit de Mexico City sa 51eme victoire en carrière, ce qui lui permet d’égaler Alain Prost (seul Michael Schumacher a fait mieux que les deux hommes). En revanche, pour atteindre la barre de quatre sacres mondiaux du Français, le plus jeune champion du monde de l’histoire en 2008 devra encore patienter. Mais peut-être pas plus loin que la fin du mois de novembre et le GP d’Abu Dhabi, dernière étape de la saison. A moins que tous les experts qui ont prédit jusqu’à la fin des victoires d’Hamilton devant un Rosberg se contentant d’assurer la deuxième place (ce qui permettrait à l’Allemand d’être sacré pour la première fois) ne déchantent dès le prochain rendez-vous, au Brésil le– novembre prochain. En attendant de poursuivre ce championnat excitant, replongeons-nous sur ce huitième succès de la saison d’un Lewis Hamilton qui aura donc dominé son coéquipier pendant tout le week-end.

Max Verstappen viré de la chambre d'appel

Parti en pole, l’Anglais a gagné quelques secondes dès les premiers mètres en bloquant ses roues et en coupant le virage. Derrière lui, Rosberg, poussé par un Max Verstappen qui a beaucoup fait parler de lui pendant ce GP, était contraint de quitter la piste tandis que la safety car devait intervenir quelques minutes suite à un accrochage entre Pascal Wehrlein et Esteban Gutierrez. Voilà à peu près tout ce qu’il y avait à retenir de la première moitié d’une course dont Sebastian Vettel avait pris les commandes après qu’Hamilton a dû rentrer aux stands pour passer en pneu mediums. Mais au 33eme tour, le pilote allemand, élu homme de ce Grand Prix, notamment pour avoir réussi à tenir autant de temps avec des pneus tendres face à des concurrents armés de gommes neuves, devait lui aussi passer par la case garage, et tout rentrait dans l’ordre, avec le poleman de cette manche mexicaine qui ne lâchait plus la tête jusqu’à l’arrivée. Le dauphin de Rosberg au championnat termine avec plus de huit secondes d’avance sur celui qui le précède de 19 points désormais au classement du championnat du monde. Troisième, Verstappen, passé entre les gouttes à plusieurs reprises dans cette course (il a fait l’objet de plusieurs enquêtes des commissaires), a passé la ligne avec seize secondes de retard sur le héros du jour. Plus tard, dans la chambre d’appel, le tout jeune pilote néerlandais de 19 ans – génie pour les uns, danger public pour les autres – ne s’est pourtant pas éternisé aux côtés des deux Flèches d’Argent.

Les Français aux deux dernières places

En effet quelques secondes après avoir signé son septième podium, le fils de Jos Verstappen a été invité à quitter les lieux pour laisser sa place à un Vettel, au sprint après avoir appris que la FIA avait décidé de pénaliser le pilote Red Bull de cinq secondes, pour avoir coupé la route de l’ancien champion du monde en fin de course alors que Vettel avait entamé la même tentative de dépassement que celle de Daniel Ricciardo au tour suivant sur ce même Vettel (l’Australien a reproché après-coup à l’Allemand de lui avoir fermé la porte de la même manière que Verstappen a barré la route du pilote Ferrari). Le Néerlandais, déclassé, doit donc finalement se contenter de la cinquième place, derrière Ricciardo, quand Vettel profite lui de cette décision pour accompagner Hamilton et Rosberg sur le podium. La sanction prise à l’encontre de ce Max Verstappen à la conduite très agressive en agacera peut-être certains. Pourtant, il est difficile de la contester sachant que dans le 52eme tour, ce même « Max le fou » qui avait failli tamponner Rosberg dès le premier virage a tenté un dépassement kamikaze sur l’Allemand, qui aurait pu tout perdre sur ce coup-là. Un comportement qui a rendu fou de rage Sebastian Vettel, qui s'est ouvertement plaint du pilote Red Bull. « Je pense qu’il doit retourner à l’école pour apprendre à parler autrement. Par moment, c’est un mec très énervant », a lâché à chaud Max Verstappen, quelques secondes après avoir échangé des insultes et des gestes équivoques sur la piste avec Vettel. Au Mexique, le jeune pilote de 19 ans s’est fait encore un peu plus d’ennemis. Romain Grosjean (Haas) en fait partie. Pourtant, dimanche, le pilote français avait d’autre souci en tête que la conduite dangereuse de son concurrent. En conclusion d’un week-end noir sur toute la ligne, Grosjean, parti des stands, a terminé dernier de ce Grand Prix du Mexique. Juste devant… Esteban Ocon (MRT), l’autre Français engagé dans le championnat du monde de F1. Pas très cocorico tout ça.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant