F1 - GP de Malaisie : Pas de prolongation de contrat ?

le
0
F1 - GP de Malaisie : Pas de prolongation de contrat ?
F1 - GP de Malaisie : Pas de prolongation de contrat ?

Sous contrat avec la FOM jusqu’en 2018 pour accueillir une manche du championnat du monde de F1, les organisateurs du Grand Prix de Malaisie ont laissé entendre qu’ils ne souhaitaient pas aller plus loin.

Au calendrier depuis 1999 avec l’appui du pétrolier national Petronas, le Grand Prix de Malaisie pourrait céder sa place à l’issue de la saison 2018 et du contrat qui lient les organisateurs et la FOM, détenteurs des droits commerciaux de la F1. Alors que moins de 60% des places ont été vendues pour l’édition 2016, qui a été décalée de six mois pour éviter la mousson, avec une baisse de 10% par rapport à l’édition 2015, les organisateurs ne sont plus enclins à prolonger leur engagement à accueillir la F1. « Peut-être que faire une pause ferait du bien à la Malaisie. Je pense que le produit n’est plus intéressant, c’est dominé par une seule équipe », a déclaré Datuk Ahmad Razlan Ahmad Razali, patron du circuit de Sepang au quotidien local New Straits Times.

Le gouvernement sur la même longueur d’onde

Une décision qui semble avoir l’aval du gouvernement malais car le ministre de la jeunesse et des sports Khairy Jamaluddin a exprimé via son compte Twitter officiel une défiance vis-à-vis du maintien du Grand Prix de Malaisie au calendrier. « Je pense que nous devrions arrêter d'accueillir la F1. Au moins pendant un certain temps, tonne ce dernier sur le réseau social. Les coûts liés à l'organisation du Grand Prix sont beaucoup trop élevés et les retours bien trop limités. » Quelques mois après des travaux qui ont vu le circuit totalement resurfacé et certains virages modifiés, ce sont des déclarations qui peuvent surprendre, mais qui sont en ligne avec les inquiétudes de certains promoteurs quant à l’avenir de la F1.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant