F1 - GP de Bahreïn : appel à manifester des opposants

le
0
À l'image de ce graffiti dans le sud de Manama, les manifestations vont redoubler ce week-end à Bahreïn à l'occasion du Grand Prix.
À l'image de ce graffiti dans le sud de Manama, les manifestations vont redoubler ce week-end à Bahreïn à l'occasion du Grand Prix.

Les autorités du Bahreïn n'ont annoncé jusqu'ici aucun dispositif pour sécuriser le Grand Prix qui se déroulera le week-end prochain et qui a été marqué depuis 2011 par des manifestations de chiites. L'épreuve fête cette année son dixième anniversaire et sera courue pour la première fois en nocturne. Bahreïn, petit pays du Golfe dirigé par la dynastie sunnite des Al-Khalifa, est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par la majorité chiite qui réclame une monarchie constitutionnelle. Des dizaines de chiites ont été jugés ces derniers mois pour leur participation aux troubles qui accompagnent la contestation du régime. Selon la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), au moins 89 personnes ont été tuées depuis le début du mouvement de protestation.

"Non, non au Grand Prix"

Le groupe Al-Wefaq a donc invité ses partisans, via son site internet, à une marche de protestation vendredi prochain sur la grande avenue de Buday, reliant plusieurs villages chiites à l'ouest de la capitale. Vendredi coïncide avec les essais libres du Grand Prix qui doit se courir dimanche sur le circuit de Sakhir, au sud de Manama. Un autre groupe de l'opposition, le Collectif du 14 février, a également lancé un appel à des manifestations sous le slogan "Empêchez le Grand Prix taché de sang".

Depuis quelques jours déjà, des groupes de chiites ont commencé à manifester contre le Grand Prix dans des villages autour de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant