F1 - GP d'Abu Dhabi : L'état-major de Mercedes n'a pas apprécié la stratégie d'Hamilton

le
0
F1 - GP d'Abu Dhabi : L'état-major de Mercedes n'a pas apprécié la stratégie d'Hamilton
F1 - GP d'Abu Dhabi : L'état-major de Mercedes n'a pas apprécié la stratégie d'Hamilton

Durant le dernier tiers de la course, Lewis Hamilton a sciemment ralenti pour mettre Nico Rosberg sous la menace de Sebastian Vettel et Max Verstappen. Une stratégie qui n’a clairement pas plus en haut lieu chez Mercedes.

Tout est bien qui finit bien, pourrait-on dire chez Mercedes à l’issue du Grand Prix d’Abu Dhabi. Lewis Hamilton a remporté la dernière course de la saison mais le déroulement n’a pas été sans douleur pour le staff des Flèches d’Argent. Numéro 2 de l’écurie, Paddy Lowe a bien résumé le sentiment qui animait l’écurie Mercedes en fin de course. « Sur le muret des stands, c’était très dur sur le plan nerveux, assure-t-il. Les derniers tours avec les quatre premiers dans un mouchoir de poche ont semblé être une éternité. » Chose suffisamment rare pour être signalé, quand Lewis Hamilton a ralenti pour mettre Nico Rosberg sous la menace Vettel-Verstappen, l’état-major de l’écurie a pris la radio pour donner non pas des consignes, mais de véritables ordres à Lewis Hamilton. Une décision justifiée après la course par Toto Wolff. « En général, on n’intervient pas pendant une course avec des instructions sauf si la victoire est en danger, rappelle le patron de l’écurie Mercedes. Nous avons senti que c’était le cas aujourd’hui (dimanche) alors nous sommes intervenus. »

Lauda : « Nous devons parler à Hamilton »

Si tant Paddy Lowe que Toto Wolff n’ont pas semblé trop courroucés par l’attitude de Lewis Hamilton, qui a clairement refusé d’obtempérer aux ordres reçus à la radio, ce n’est pas le cas de Niki Lauda. L’ancien champion du monde, président non-exécutif de l’écurie Mercedes, n’a pas manqué de critiquer le Britannique au micro de Sky Sports après la course. « Franchement, je ne sais pas. Il fallait lui parler pour lui donner une explication, a assuré l’Autrichien concernant les ordres donnés à Lewis Hamilton. Il nous a dit de le laisser tranquille, et heureusement, tout s'est bien passé pour tous les deux. Mais nous devons lui parler d'abord. Tout s'est bien passé, mais de justesse ! Il va falloir lui parler, lui demander ce qui se passait, et on verra. » Si le temps est à la fête pour le titre de Nico Rosberg, Lewis Hamilton sait qu’il va devoir rendre des comptes pour son attitude parfois désinvolte en fin de course.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant