F1: François Fillon, au Castellet, parle d'un futur GP de France

le
0
UN GRAND PRIX DE FRANCE AU CAASTELLET ?
UN GRAND PRIX DE FRANCE AU CAASTELLET ?

par François Revilla

LE CASTELLET, Var (Reuters) - François Fillon a confirmé vendredi sur le circuit automobile du Castellet (Var) que des négociations avec les autorités de la Formule 1 pour y organiser un Grand Prix de France une année sur deux étaient en bonne voie, mais sans donner de calendrier.

Le dernier Grand Prix de France a été organisé en 2008 sur le circuit de Magny-Cours, dans la Nièvre.

En tournée électorale dans le sud-est de la France, le Premier ministre, un passionné de course automobile, s'est rendu sur le circuit du Castellet, près de Toulon, pour évoquer l'avancée des négociations avec les responsables de la F1.

"Le projet ne pouvait se concrétiser que grâce à un équilibre financier vertueux. Ca passe par des financements émanant des collectivités locales, l'Etat jouant un rôle de caution sans participer directement", a-t-il déclaré.

Il a évoqué la possibilité d'organiser un GP de France sur le circuit Paul-Ricard une année sur deux, en alternance avec un autre pays. Des contacts sont en cours avec les organisateurs du Grand Prix de Belgique à Spa.

"Compte tenu de toutes ces contraintes, il n'était pas possible d'organiser un Grand Prix chaque année. Nous avons opté pour le principe de l'alternance. Cela signifiera un Grand Prix organisé une année sur deux", a-t-il dit à la presse.

"Les autorités de la Formule 1 ont validé ce principe, sans préciser toutefois au moment où je vous parle l'autre circuit retenu, a ajouté le Premier ministre.

Interrogé sur le calendrier, François Fillon a estimé que "le plus tôt on conclura avec les organisateurs, mieux ce sera" mais n'a pas donné de date précise pour l'organisation d'un Grand Prix.

TRACTATIONS FINANCIÈRES

Les ultimes discussions entre le Groupement d'intérêt public (GIP), chargé d'organiser cet éventuel Grand Prix, et les autorités de la F1 concernent des aspects essentiellement financiers.

Le GIP réunit des collectivités locales, la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Var et la Fédération française du sport automobile (FFSA).

"Une course une année sur deux serait possible avec un prix de plateau raisonnable. Nous avons une proposition qui a été mise sur la table par les organisateurs de la F1 qui est assez raisonnable, mais il faudrait enlever le 'assez'", a souligné le chef du gouvernement.

"Il y a un écart d'environ deux millions (d'euros) entre la proposition et ce que souhaitent les organisateurs (du Grand Prix)", a indiqué François Fillon.

Le Premier ministre a toutefois prévenu que l'organisation d'un Grand Prix en France devrait se faire sans soutien financier de l'Etat.

"L'Etat apporte sa caution au GIP car il faut qu'il le fasse, mais nous n'irons pas plus loin", a-t-il dit, en écartant la candidature éventuelle d'un autre circuit en France.

"Il n'y a pas d'autre circuit en France que Le Castellet capable d'accueillir la F1, techniquement, mais aussi grâce à l'engagement des collectivités locales sans engagement financier de l'Etat", a-t-il conclu.

Homologué par la Fédération internationale de l'automobile (FIA), le circuit du Castellet a été construit dans les années 1970 par Paul Ricard et a accueilli 14 Grand Prix de France jusqu'en 1990, avant d'être supplanté par le circuit de Magny-Cours (Nièvre) de 1991 jusqu'en 2008.

Le circuit du Castellet a été rénové au début des années 2000 et a rouvert ses portes au public en 2009.

Edité par Pascal Liétout et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant