F1: Fernando Alonso va essayer de mettre de l'ordre chez lui

le
0
FERNANDO ALONSO VA TENTER DE SE RELANCER À BARCELONE
FERNANDO ALONSO VA TENTER DE SE RELANCER À BARCELONE

par Alan Baldwin

LONDRES (Reuters) - L'Espagnol Fernando Alonso a tout intérêt à profiter de la seule escale du championnat du monde de Formule Un dans son pays natal, ce week-end, pour rattraper les dégâts causés par un début de saison mi-figue mi-raisin.

Il y a un an quasiment jour pour jour, le pilote de Ferrari était arrivé à Barcelone avec seulement dix points de retard sur le leader du classement général de l'époque, l'Allemand Sebastian Vettel.

Cette année, le double champion du monde occupe la quatrième place derrière le Britannique Lewis Hamilton, le Finlandais Kimi Räikkönen et le leader, encore une fois Sebastian Vettel, avec trente points de retard.

"Si je devais noter notre performance générale, je mettrais un six sur dix", a estimé le concepteur en chef de Ferrari, Nikolas Tombazis, sur le site de l'écurie (www.ferrari.com) avant le Grand Prix d'Espagne sur le circuit de Catalogne.

"Nous ne sommes pas encore vraiment au niveau que nous visons", a-t-il ajouté. "Lors des quatre premières manches, nous n'étions pas tout à fait en mesure de lutter pour la pole position. C'est l'un de nos principaux objectifs en ce moment."

Fernando Alonso dispose cette année d'une voiture en théorie beaucoup plus performante.

Mais l'Espagnol paie ses déboires en Malaisie, où il a dû abandonner à cause d'un aileron cassé, et à Bahreïn où il n'a pris que la huitième place, la faute à un nouveau pépin technique.

Depuis, Ferrari a retravaillé sur sa voiture pour éviter ce genre de mésaventure. Mais rien ne dit que ces retouches seront suffisantes.

VETTEL, ÉTERNEL FAVORI

Encore récemment, Fernando Alonso pouvait espérer capitaliser sur les deux Grands Prix sur ses terres, l'un en Catalogne, l'autre à Valence. Plus maintenant.

Le Grand Prix d'Europe, où il avait triomphé la saison dernière, a disparu du calendrier cette année.

S'il veut faire un bon résultat en Catalogne, Fernando Alonso devra quoi qu'il arrive briller lors des séances de qualification, peut-être encore plus décisives ici qu'ailleurs.

Sur les 22 vainqueurs du Grand Prix d'Espagne depuis qu'il se dispute à Barcelone, 18 sont partis en pole position. Et un seul, l'Allemand Michael Schumacher, ne s'est pas élancé de la première ligne.

L'année dernière, le vainqueur s'appelait Pastor Maldonado et courait pour Williams. Mais il est peu probable que le Vénézuélien récidive, compte tenu du piètre début de saison de l'écurie, qui n'a toujours pas empoché le moindre point.

En réalité, le principal favori reste Sebastian Vettel, de l'aveu de Kimi Räikkönen, impressionné par les dernières sorties de l'Allemand, en particulier à Bahreïn fin avril.

"Ça va être dur de le rattraper s'il continue à faire de bons résultats", a reconnu le partenaire du Français Romain Grosjean chez Lotus.

Déjà vainqueur en 2011 sur le circuit de Catalogne, l'Allemand peut raisonnablement viser une deuxième victoire. Sur les terres de Fernando Alonso.

Simon Carraud pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant