F1 : Après le règne du "dictateur" Ecclestone, le nouveau départ

le
0
Chase Carey et Bernie Ecclestone, l'entente cordiale n'aura pas duré
Chase Carey et Bernie Ecclestone, l'entente cordiale n'aura pas duré

Rien ne va plus pour l'ex-patron de la Formule 1 qui a été balayé sans ménagement par les nouveaux promoteurs américains de la discipline. Selon un discours en vogue actuellement dans le milieu politique, ils estiment que Bernie Ecclestone a dirigé la F1 comme "un dictateur pendant longtemps" et celle-ci a désormais besoin d'un "nouveau départ" pour se développer. C'est ce qu'a indiqué mardi, sans aucun effort diplomatique ni de préséance, Chase Carey, le nouveau patron de la discipline reine du sport automobile.

"C'est un grand sport, mais, clairement, il peut être amélioré, a déclaré Carey dans une interview à la BBC. Jusqu'à un certain point, nous avons besoin d'un nouveau départ. (...) Ce que nous apportons, c'est un regard neuf. Nous n'avons pas d'autre ambition que d'en faire un sport fantastique pour les fans."

Ceux là, il faut bien l'avouer, s'en réjouiront car Ecclestone avait réussi à faire de la F1 une course soporifique. Au fil des années et de l'empilage de normes techniques et réglementaires de plus en plus complexes, il a minimisé le rôle des pilotes au profit des constructeurs et de leurs ingénieurs, une préférence autrement plus lucrative pour ses affaires. Bernie Ecclestone (86 ans) a été remercié lundi par Liberty Media, les nouveaux maîtres américains de la discipline, après plus de 30 ans de règne sans partage.

Méthode Trump

"Je...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant