F1: à Bahreïn, Mark Webber fêtera son 200e Grand Prix

le
0
MARK WEBBER DISPUTERA À BAHREÏN SON 200E GRAND PRIX
MARK WEBBER DISPUTERA À BAHREÏN SON 200E GRAND PRIX

par Alan Baldwin

MANAMA (Reuters) - La course la plus controversée de la saison de Formule un, le Grand Prix de Bahreïn, devrait faire au moins un heureux, Mark Webber alors que couve la menace de manifestations et d'affrontements politiques.

Le pilote australien de Red Bull est loin de vivre la meilleure saison de sa carrière mais la course de dimanche dans le royaume du Golfe en proie à des troubles politiques depuis le soulèvement des "printemps arabes" en 2011 sera son 200e Grand Prix.

Webber aurait sans doute préféré franchir ce jalon ailleurs car il a été l'un des rares pilotes à s'exprimer lorsque la course a été annulée il y a deux ans puis rétablie l'an dernier.

Le simple fait de courir et à plus forte raison une performance digne de ce nom n'en feraient pas moins son bonheur.

Le week-end dernier, l'Australien a été contraint à l'abandon au Grand Prix de Chine sur un accrochage qui lui vaudra une pénalité de trois places sur la grille de départ dimanche.

Trois semaines plus tôt, Sebastian Vettel, son coéquipier chez Red Bull et triple champion du monde en titre, lui avait "volé" la victoire en Malaisie en ignorant la consigne de ne pas le dépasser que lui avait donnée l'écurie.

"Et oui, les gars, il me tarde de courir le prochain Grand Prix, ce sera ma 200e apparition. Le temps passe vite. Je suis gonflé à bloc pour le reste de la saison", s'est-il exclamé sur son compte Twitter cette semaine.

Mark Webber n'est jamais monté sur le podium à Bahreïn, où Sebastian Vettel s'était imposé l'an dernier.

L'Allemand occupe la première place au classement du championnat du monde après trois courses avec 52 points contre 49 à Kimi Räikkönen (Lotus), vainqueur de la première épreuve de la saison en Australie, et 43 à Fernando Alonso (Ferrari), lauréat en Chine. Mark Webber est sixième avec 26 points.

Alonso est le pilote avec le meilleur palmarès à Bahreïn où il compte trois victoires dont son premier succès pour Ferrari.

Les bookmakers ont donc fait de lui leur favori pour arroser le podium d'eau de rose car le champagne est interdit à Bahreïn.

HAMILTON Y CROIT

"Je m'attends à une course difficile", n'en a pas moins déclaré le double champion du monde espagnol.

"A Bahreïn, les conditions sont différentes et on ne sait pas trop qui sera compétitif. A en juger par les courses que nous avons disputées cette année, la voiture est capable d'être sur le podium. Nous espérons y être à nouveau."

Monter sur le podium sera également l'objectif de Lewis Hamilton, qui a pris deux troisièmes places dans ses trois premières courses depuis qu'il a quitté McLaren pour Mercedes.

"Nous n'en sommes pas encore tout à fait là mais nous n'en sommes pas loin", a déclaré le champion du monde 2008.

"Au début de la saison, tout le monde disait que j'avais pris la pire décision de ma vie mais nous avons obtenu des résultats. Il nous reste beaucoup de travail à faire mais nous sommes dans le coup", a-t-il ajouté.

Pour Kimi Räikkönen, le premier objectif sera d'être une 21e fois dans les points, ce qui le porterait à trois longueurs du record de Michael Schumacher.

Le champion du monde 2007 aura pour lui d'y avoir terminé deuxième l'a dernier et décroché son premier podium avec Lotus.

"J'aime ce Grand Prix. J'y ai vécu quelques bonnes courses et décroché de bons points mais je n'y ai jamais gagné. Peut-être que cela va changer cette année."

Le grand cirque de la Formule un a commencé à arriver à Manama lundi. Il y a été accueilli par des sourires mais aussi par des articles de la presse locale faisant état d'une recrudescence de l'agitation politique et des appels à l'annulation du Grand Prix.

Loin du circuit, dans des villages où la population est en majorité chiite, des affrontements sont signalés presque toutes les nuits entre policiers et opposants à coups de grenades lacrymogènes et de cocktails Molotov.

Bernie Ecclestone, patron commercial de la F1, s'est dit prêt à rencontrer l'opposition chiite à la famille royale sunnite mais a exclu une annulation de la course.

Jean-Paul Couret pour le service français, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant