Eyjafjallajökull !

le
0
Eyjafjallajökull !
Eyjafjallajökull !

Extraordinaires d'envie et d'intelligence tactique, les Islandais sont parvenus à bouter de faibles Anglais hors de l'Euro. Une explosion volcanique ressentie à Nice comme à Reykjavik. La France est prévenue, les hommes du Nord arrivent.

Angleterre 1-2 Islande

Buts : Rooney (5e) pour les Anglais / R.Sigurdsson (6e), Sigthorsson (18e) pour les Islandais

Icelandair avait affrété des avions spéciaux Reykjavik-Nice pour permettre aux Islandais de vivre un exploit historique. Une impossibilité statistique disait même l'écrivain Hallgrimur Helgason. Sauf que ce qu'Helgason savait aussi, c'est que Lars Lagerback avait préparé soigneusement son coup. Et au terme d'un match incroyable d'intensité, de solidarité, de détermination mais aussi de rigueur tactique, les Islandais l'ont fait. Ils ont forcé les Anglais à marcher sur un champ de lave en fusion. Un champ où Rooney, Kane et Joe Hart se sont brûlés les pieds. Les Nordiques majuscules tiennent le plus bel exploit de leur histoire et la plus grosse sensation depuis le début de l'Euro.

Joe la main molle


Au coup d'envoi, dans un stade aux deux tiers anglais, les Three lions se sentent chez eux et s'installent rapidement dans le camp islandais. Très vite, trop vite même, au bout de 3 minutes de jeu, les bleus concèdent un penalty largement évitable après une mauvaise sortie d'Halldorsson, pas rassurant pour un sou alors que Sterling ne pouvait plus faire grand chose. Rooney transforme et met l'Angleterre sur les bons rails. On croit alors que les Vikings vont s'en prendre une belle. Mais voilà, cette Islande a une foi inébranlable. Gunnarsson et ses bras de handballeur jouent une touche longue, Bodvarsson prolonge et Sigudrsson se jette de toute sa détermination pour égaliser. Lars Lagerback réagit à peine, il sait que son équipe prépare un match de tâcherons.

Tiens, d'ailleurs, sur leur deuxième frappe cadrée, ils doublent la mise sur une magnifique action collective. Bien servi par une belle remise de Bodvarsson, le fils de Sightor envoie une frappe écrasée comme la Beaujoire en a vu quelques unes cette année. Sauf que cette fois, il tombe sur Joe "la main molle" Hart, qui se troue, et déclenche involontairement une éruption volcanique. Les journalistes islandais tapent à tout rompre sur leur pupitre. L'Islande mène 2-1 à la pause.

Masterclass tactique


Les Islandais se préparent…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant