Extrême droite : Marine Le Pen, un 1er Mai sans papa

le
1
Extrême droite : Marine Le Pen, un 1er Mai sans papa
Extrême droite : Marine Le Pen, un 1er Mai sans papa

Marine Le Pen en garde un mauvais souvenir : « L'année dernière, c'était épouvantable, confie-t-elle à un proche. Entre mon père qui monte sur la scène, Gollnisch qui s'empoigne avec une équipe du Petit Journal, et les Femen qui interrompent mon discours... ». Alors dimanche, pour le traditionnel rassemblement du 1er Mai en l'honneur de Jeanne d'Arc, la présidente du Front national va innover.

Exit donc le défilé où il y a encore quelques années paradaient volontiers des crânes rasés devenus infréquentables pour la nouvelle direction du FN. A un an de la présidentielle, pas question d'assister au moindre incident. « Un &er Mai apaisé, pour une France apaisée », lâche un permanent frontiste, en paraphrasant le nouveau slogan de campagne de sa patronne. Histoire d'éviter tout risque de dérapage, c'est en lieu clos, au Paris Event Center de la porte de la Villette, qu'elle convie les siens pour un « banquet patriote » où 2 500 personnes sont attendues. Et tant pis si Jean-Marie Le Pen organise presqu'au même moment son propre rassemblement.

Toujours en rupture de ban avec sa fille, le patriarche exclu perpétuera de son côté la tradition en déposant une gerbe au pied de la statue de Jeanne d'Arc, place des Pyramides. Quant à ceux qui seraient tentés de participer aux deux événements, le parti prévient déjà les militants qu'être vu au côté de Jean-Marie Le Pen « vaudra un passage en commission de discipline, avec risque d'exclusion ». Ambiance.

Moins d'un an pour corriger une image dure et clivante

Quoi qu'il en soit, dimanche après-midi, à l'heure du café, la candidate à l'Elysée compte bien définir les contours de son année politique à venir. « Elle va donner le décryptage, la méthode pour parvenir à l'objectif de cette France apaisée », explique le numéro deux du FN, Florian Philippot. Méthode sur le front économique et social, de l'emploi, de la sécurité et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.joly1 il y a 7 mois

    J'espère que ce 1er mai sera tout aussi épouvantable, voire encore plus, pour le FN que celui de 2015. Je compté beaucoup sur le père pour cela.