Expulsions à Notre-Dame-des-Landes : le tribunal rendra sa décision le 25 janvier

le , mis à jour à 14:06
13
Expulsions à Notre-Dame-des-Landes : le tribunal rendra sa décision le 25 janvier
Expulsions à Notre-Dame-des-Landes : le tribunal rendra sa décision le 25 janvier

Après la forte mobilisation de ces derniers jours des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le tribunal de grande instance de Nantes (Loire-Atlantique) examinait en référé, ce mercredi, la demande d'expulsion de onze familles et quatre agriculteurs qui vivent encore sur la zone de 2 000 hectares vouée au projet. D'emblée pour calmer les esprits, le juge a annoncé qu'il rendrait sa décision le 25 janvier. A la mi-journée, entre 1500 et 3000 opposants étaient toutefois rassemblés, sous haute surveillance policière, devant le palais de justice.

La société Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale du groupe Vinci et concessionnaire du futur aéroport, réclame l'expulsion immédiate des familles et agriculteurs, assortie d'une astreinte journalière de 200 à 1 000 euros et d'une mise sous séquestre de leurs biens et cheptels s'ils n'obtempèrent pas. Si le tribunal accède à cette demande, les dernières familles auront un mois pour partir. En cas de refus, le recours à la force publique sera possible. «On dressera des barricades s'il le faut», a déjà prévenu Dominique Fresneau, le co-président de l'ACIPA, principale association opposée au projet.

Cette procédure avait été mise en suspens en 2012, peu avant les dernières tentatives d'évacuation de la «Zad» (Zone d'aménagement différé dédiée au projet, rebaptisée «zone à défendre» par les opposants). Elle a été relancée à l'automne 2015 après l'annonce d'une reprise des travaux pour début 2016.

Près d'un tiers de la zone d'aménagement concerné par la décision du juge

Onze familles, anciens propriétaires ou locataires de maisons rétrocédées à Aéroports du Grand Ouest (AGO), et quatre exploitants agricoles refusent de vendre leurs terres à l'amiable. Les quatre exploitations agricoles représentent 500 hectares sur les 1.650 de la ZAD. A l'inverse, 244 autres personnes qui vivaient sur le site ont accepté, depuis 2008, date de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.contan il y a 11 mois

    paspil il n'y en a pas 1 pour ratttapper l'autre

  • soulamer il y a 11 mois

    Ce sera le bourbier de Hollande

  • soulamer il y a 11 mois

    Mykonos un aéroport international minuscule je me demande pourquoi l'existant ne suffit pas

  • d.contan il y a 11 mois

    paspil ne confond pas construire des infrastructures neccessaires et celles squi ne servent à rien comme ce fameux aeroport de nantes..ne pas oubliez qu 1 departement tout les 10 ANS part en urbanisation diverses

  • paspil il y a 11 mois

    le texte le pb en France a connu la censure je le remonte

  • paspil il y a 11 mois

    le pb en France c est qu il est aussi difficile de construire des infrastructures utiles que des inutiles . ca coute un bras , ca prend une decennie et souvent ca se termine par une friche ..

  • paspil il y a 11 mois

    au final dans le nord on envoie les retraités et autres en Belgique pour faire des économies ... au frais de la securité sociale et de la region ... nous manque juste qq textes pour en finir avec l'emploi en France .

  • d.contan il y a 11 mois

    lamentable cette construction d'un nouvel aeroport à nantes alors que l'ancien est tres loin d'etre saturé juste pour l'ego du maire de nantes et ancien premier ministre.ou est l'ecologie de ce gouvernement qui permet la construction d'un nouvel aeroport en contradiction avec la cop21 mais qui taxe à gogo les carburants des particulier.des familles rurales qui sont spoliés dans leurs biens

  • nayara10 il y a 11 mois

    Vous spoliez les gens à 7 €uros le metre carré et puis vous le vendez à 1000 €uros viabilisé...Puis un autre pote vous le vend à 2500€uros construit ....Combien d'de milliers de mètres carrés ????????????????????????????????????????????????????????????????????

  • M782215 il y a 11 mois

    L'aéroport existant est très loin d'être saturé. D'autres avec une seule piste font 10 fois le trafic Nantais. Le survol d'une partie de la ville (ce qui n'est qu'un problème qu'en France, voyez à l'étranger...) peut être réglé en ré-orientant la piste existante sur l'emprise existante. Le vrai problème, c'est que Vinci a déjà versé beaucoup de pots de vins aux politiques pour pouvoir se gorger pendant les 50 prochaines années.....