Exportations, dépenses publiques soutiennent l'économie allemande

le
0
 (Actualisé avec détails) 
    par Michael Nienaber 
    BERLIN, 24 août (Reuters) - Le rebond des exportations, la 
hausse des dépenses publiques et la solidité de la consommation 
des ménages ont plus que compensé la faiblesse de 
l'investissement au deuxième trimestre en Allemagne pour 
permettre à la première économie européenne de connaître une 
croissance modeste. 
    L'Office fédéral de la statistique a confirmé mercredi sa 
première estimation de la croissance allemande au deuxième 
trimestre, avec un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 
0,4% par rapport aux trois premiers mois de l'année et de 3,1% 
sur un an. 
    En raison notamment de la douceur de l'hiver, la croissance 
allemande avait été plus vigoureuse au premier trimestre, de 
0,7% par rapport aux trois mois précédents. 
    Les exportations allemandes ont rebondi au deuxième 
trimestre après leur piètre performance du début d'année, en 
hausse de 1,2% sur le trimestre. Avec la contraction de 0,1% des 
importations, le commerce extérieur a contribué à hauteur de 0,6 
point à la croissance du PIB sur la période avril-juin. 
    "Cette fois, la croissance est venue essentiellement du 
commerce extérieur et pas tant que ça de la demande intérieure", 
a commenté Holger Sandte, économiste chez Nordea Bank, ajoutant 
que le redressement des prix de l'énergie devrait peser sur la 
consommation dans les mois à venir. 
    "Mais malgré quelques risques, les perspectives économiques 
sont correctes", a-t-il poursuivi. "L'important excédent 
budgétaire donne de la marge pour, par exemple, accroître 
davantage les investissements publics." 
    L'excédent budgétaire a atteint 18,5 milliards d'euros, soit 
1,2% du PIB, au premier semestre 2016, selon l'Office fédéral de 
la statistique, un montant record depuis la réunification de 
l'Allemagne en 1990. 
    Environ la moitié de cet excédent provient du budget 
fédéral, gonflé par la hausse des recettes fiscales liée à la 
bonne santé économique du pays, à un emploi record et à une 
consommation vigoureuse. 
    Les administrations régionales et locales ainsi que le 
système de protection sociale ont aussi dégagé des excédents. 
    Sur la période avril-juin, les dépenses publiques ont 
progressé de 0,6% et contribué pour 0,1 point à la croissance, 
tout comme la consommation, qui a augmenté de 0,2%. 
    Les investissements dans la construction et les équipements 
se sont en revanche contractés de 2,1%, retirant 0,4 point à la 
croissance du PIB. 
    "Le talon d'Achille de l'économie (allemande) demeure 
néanmoins le manque de nouveaux investissements", souligne 
Carsten Brzeski, économiste chez ING Bank. "Pour relancer 
l'investissement dans une économie vieillissante, il faut un 
soutien public." 
    Le gouvernement allemand s'attend à une croissance du PIB de 
1,7% cette année, comme en 2015. 
     
    Tableau:   
 
 (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant