Explosions dans une ville syrienne proche du Golan

le
0
    BEYROUTH/AMMAN, 20 juillet (Reuters) - Deux explosions qui 
ont secoué mercredi une localité syrienne proche du plateau du 
Golan, occupé par Israël, sont liées à des frappes aériennes 
israéliennes, ont déclaré des rebelles syriens et une 
organisation non-gouvernementale, mais le Hezbollah libanais a 
mis en cause des tirs de roquettes d'un groupe lié à Al Qaïda. 
    Au moins une des explosions s'est produite près du bâtiment 
du gouvernorat à Baas, capitale de la province de Quneitra, 
frontalière de la région du Golan. 
    La ville est contrôlée par les forces du régime de Bachar al 
Assad, qui incluent des combattants du Hezbollah. Dans la région 
se trouvent des troupes du Front al Nosra, proche d'Al Qaïda, de 
groupes rebelles appuyés par l'Occident et de groupes affiliés à 
l'organisation Etat islamique (EI). 
    Une source militaire syrienne a déclaré que deux roquettes 
avaient touché la ville mais que l'origine des tirs était 
inconnue.  
    Deux rebelles syriens ont dit qu'un chasseur israélien 
volait en cercles au-dessus la zone et qu'il avait effectué un 
tir sur une position militaire. 
    "Selon les informations que nous avons, l'attaque visait un 
avant-poste du Hezbollah", a dit Maher al Ali, porte-parole du 
Front révolutionnaire syrien, un groupe rebelle appuyé par les 
Occidentaux. 
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé en 
Grande-Bretagne mais qui suit le conflit syrien grâce à un 
réseau d'informateurs, a rapporté qu'un chasseur israélien avait 
effectué un tir visant une position proche du bâtiment du 
gouvernorat, ajoutant ne pas disposer d'informations sur 
d'éventuelles victimes. 
    Le Hezbollah, lui, a déclaré que le Front al Nosra avait 
tiré deux roquettes en direction de la ville et tué des civils. 
"L'armée israélienne surveillait le point de lancement des 
roquettes près des positions d'al Nosra. Il n'y a rien de vrai à 
propos de raids de l'ennemi israélien", a-t-il ajouté. 
    S'il se garde officiellement de toute implication dans le 
conflit syrien, Israël a pris pour cible des responsables du 
Hezbollah et des convois d'armes en Syrie à plusieurs reprises 
ces dernières années. 
     
 
 (Suleiman al-Khalidi à Amman, Laila Bassam et Lisa Barrington à 
Beyrouth; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant