Explosion des expulsions locatives en 2015

le
2

Alors que la trêve hivernale démarre le 1er novembre, la Fondation Abbé Pierre alerte sur la hausse sans précédent des expulsions locatives. Elles ont bondi de 24% en 2015.

Si le nombre de procédures d’expulsions augmente régulièrement depuis des années, le nombre d’expulsions effectives avait tendance à se stabiliser autour de 11.000 (11 604 en 2014). Or en 2015, ce chiffre a fait un bond de 24 % en un an, pour atteindre 14.363, un «sombre record» comme s’en alarme la Fondation Abbé Pierre dans un communiqué.

À lire aussi: Perdre son logement: une angoisse difficile à partager

«Ces chiffres alarmants sont la conséquence de la hausse des loyers dans le parc privé, mais aussi dans le parc social», estime la fondation dans un communiqué. Elle rappelle que «les expulsions réalisées avec le concours de la force publique ne sont qu’une minorité des expulsions, compte tenu du fait que de nombreux ménages partent sans attendre les forces de l’ordre». En 2015, 132.196 décisions de justice prononçant une expulsion ont été prises.

Faisant le constat de «l’échec des politiques de prévention des expulsions», la fondation Abbé Pierre espère que la trêve hivernale, qui débute le 1er novembre, sera «pour tous les acteurs l’occasion de se remobiliser pour éviter ces drames humains». Ces expulsions «ne sont pas une fatalité» et leur prévention «peut réellement être améliorée», notamment par le développement du plan interministériel de prévention des expulsions, lancé par le ministère du Logement en mars dernier pour accompagner les ménages en difficulté, estime-t-elle.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 12 mois

    certaines associations paraissent trouver normal que des personnes occupent un logement sans s'acquitter de leur loyer ; ça doit être leur nouvelle conception de l'honnêteté

  • ericlyon il y a 12 mois

    Il faut savoir que même lorsqu'un locataire est parti à la cloche de bois, sans rendre les clés bien sûr, il est tout de même nécessaire de le faire expulser et la procédure prend plus d'un an. Dans ces conditions il y a forcément beaucoup d'expulsions mais celle-ci ne mettent pas les gens dans la rue au contraire puisqu'elles vont permettre de rendre un logement non occupé au parc locatif !