Explosion de l'usine d'engrais au Texas : les enquêteurs en plein mystère

le
0
Explosion de l'usine d'engrais au Texas : les enquêteurs en plein mystère
Explosion de l'usine d'engrais au Texas : les enquêteurs en plein mystère

Une semaine après la gigantesque explosion d'une usine d'engrais à West (Texas, sud des Etats-Unis), les enquêteurs écartent une à une les pistes qui pourraient expliquer ce désastre industriel. L'enjeu est à la fois criminel mais aussi économique avec la menace de procès intentés par les victimes. La tragédie a coûté la vie à 15 personnes et blessé 200 habitants de cette bourgade.

Après avoir réfuté la thèse d'un éclair qui aurait déclenché le feu puis l'explosion, les experts texans ont également écarté la possibilité qu'un wagon de produits chimiques soit à l'origine du sinistre. «Ce que je peux dire jusqu'à présent, c'est que le wagon soupçonné d'avoir causé l'incendie était plein de nitrate d'ammonium mais il n'est pas la cause du feu ou de l'explosion. C'est une victime de l'explosion», a expliqué aux médias américains Kelly Kistner, la porte-parole des pompiers du Texas.

La présence de ce composé chimique à proximité de l'explosion avait réveillé une vieille blessure mentale dans l'imaginaire des Américains. Le nitrate d'ammonium avait été utilisé dans l'attentat d'Oklahoma City en 1995, qui avait tué 168 personnes. En France, le nitrate d'ammonium avait été mis en cause après l'explosion de l'usine AZF de Toulouse en 2001.

Plusieurs plaintes aux montants vertigineux

Cette précision des autorités a pris une importance considérable depuis mardi, car plusieurs sinistrés ou familles de victimes ont déposé plainte contre le propriétaire de l'usine, l'entreprise Adair Grain. Certains ont perdu leur habitation ou leur voiture et n'hésitent pas à demander des dommages et intérêts qui grimpent jusqu'à 1 million de dollars par plaignant.

A moins d'une cause indéterminée, l'enquête se concentre sur un accident matériel ou humain, ou un incendie volontaire. Plus de 70 agents locaux et fédéraux sont mobilisés autour du site de l'explosion. Comme le détaille le journal...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant