Exploitée et mal payée, "Barbie ouvrière" se rebiffe

le
15
La Barbie ouvrière installée par les ONG China Labor Watch et Peuples solidaires sur le boulevard Haussmann, à Paris.
La Barbie ouvrière installée par les ONG China Labor Watch et Peuples solidaires sur le boulevard Haussmann, à Paris.

Barbie en princesse, en sirène ou à cheval, ça, on connaissait. Mais en bleu de travail, voilà qui fait tache dans la gamme d'ordinaire glamour de la célèbre poupée fabriquée par l'américain Mattel. Bien décidées à marquer les esprits, les associations Peuples solidaires et China Labor Watch ont lancé depuis quelques jours une campagne de communication choc avec une "Barbie ouvrière" comme symbole. Bâillonnée et en tenue d'usine, la blonde en plastique est utilisée pour témoigner des dures conditions de travail dans lesquelles elle est fabriquée à la chaîne : "salaire de misère", "pas de journée de repos", "jusqu'à 13 heures travail par jour", voilà ce que serait le quotidien de milliers d'ouvriers chinois derrière le monde enchanté de la poupée mannequin."#liberonsbarbie"Ce mardi matin, près des grands magasins à Paris, les passants ont ainsi pu apercevoir une boîte rose de deux mètres de haut, avec une Barbie version col bleu enchaînée à l'intérieur. "L'objectif est de sensibiliser le plus de monde possible et de faire pression sur Mattel", explique Benjamin Lemesle, de Peuples solidaires. Une pétition en ligne (60 000 signataires à ce jour) et le mot d'ordre sur les réseaux sociaux #liberonsbarbie viennent compléter le tableau de ce détournement assez gonflé. D'après les calculs de l'ONG, pour un exemplaire vendu à 15 euros, seuls 12 centimes finissent dans les poches des ouvriers (voir ci-dessous). Pour Kevin Slaten, un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gaia2011 le mercredi 11 déc 2013 à 13:21

    Et oui mais les robots ont un énorme incovénient : ils ne consomment pas ! Toute cette quête permanente pour payer toujours moins le travail des gens qui produisent n'a pour conséquence durable qu'une seule chose : faire chuter le pouvoir d'achats de ceux qui achètent...

  • cyrilc1 le mercredi 11 déc 2013 à 12:19

    mars4, les robots ne sont pas fabriqués en France!!! Il n'y a plus d'industrie française en France. Elle a fichu le camp sous Mitterand. il nous restait les chantiers de l'Atlantique. mais ça c'était avant. Au jourd'hui ils sont à 70% norvégien. Il nous reste quoi? des entreprises de services, EADS, TOTAL. Difficile d'embaucher tout le monde.

  • pierry5 le mercredi 11 déc 2013 à 12:18

    Mars, effectivement il faut des hommes qualifiés pour faire et entretenir des robots mais ceux-ci sont en Allemagne, Japon et USA. Les autres pays sont un peu à la traine. Ca peut changer mais il faut s'y mettre et ne pas faire fuir les ingénieurs.

  • nebraska le mercredi 11 déc 2013 à 10:52

    mars4 qu'est ce que tu fiche avec un ordi alors ???

  • mars4 le mercredi 11 déc 2013 à 10:06

    @ nebraska : Non, cela ne me satisfait pas!@ pierry : Il faut aussi des hommes pour construire et entretenir les robots. Mais c'est de la main d'oeuvre hautement qualifiée

  • nebraska le mercredi 11 déc 2013 à 09:47

    MDR Arrêtez de jouer les vierges effarouchées. Vous etes bien content d'utiliser un ordi ou tel.port. que vous avez payés 10 fois moins cher que s'ils étaient fabriqués en France.Idem pour les fringues et 90% de ce que vous utilisez quotidiennement.

  • pierry5 le mercredi 11 déc 2013 à 09:41

    Bientôt, toutes ces choses seront fabriquées automatiquement par des robots, ceux ci ne réclament pas, ne sont pas malades, peuvent travailler 24h sur 24. On aura plus besoin de toutes ces petites mains et les usines ne seront peut-être plus en Chine mais plus près de chez nous où les impôts sont quasi inexistants. Je ne peux prévoir ce qui va se passer. Que celui qui est curieux aille à Hannovre le printemps prochain au salon de la technologie et il aura compris.

  • frk987 le mercredi 11 déc 2013 à 09:21

    Ben fred1903, votre gamine risque de se passer de poupées, car en trouver made in France, ça va relever de l'exploit. Chez les brocanteurs...des poupées de 40 ou 50 ans d'âge, seule solution.

  • celiane le mercredi 11 déc 2013 à 09:16

    je rappelle pour votre information, 1kg de plastique brut vaut 3cts.

  • celiane le mercredi 11 déc 2013 à 09:13

    il n'y a pas que la barbie qui est gonflé, un français, non un citoyen du monde actuel achète un bout de plastique, prenons une exemple une poignée de tiroir, il l’acheté environ 3-4€ alors que sa valeur marchande vaut 500 fois son prix de production. Même si cette poignée est fabriquée à la chaine sans exploitation exagérée d'un ouvrier, ou va combien dans la poche de qui ?