Exploitation des gaz de schiste : la France confirme son opposition

Boursorama le 14/11/2012 à 18:00
22
Révolution énergétique en cours aux Etats-Unis : le prix du gaz est en chute libre et le pays devrait devenir le premier producteur de pétrole en 2020. En attendant, la France réaffirme son opposition totale à la technique de fracturation hydraulique.

L’exploitation du gaz de schiste ne passera pas par la France. Tout du moins tant qu’une nouvelle technique alternative à la fracturation hydraulique n’aura pas fait ses preuves. Mardi 13 novembre, à l’occasion de sa première grande conférence de presse, François Hollande a été clair, confirmant la position du gouvernement et l’interdiction prononcée en août 2011 par la précédente majorité. Si l’exécutif français tourne le dos à cette proposition contenue dans le rapport Gallois, il reste néanmoins ouvert à une éventuelle évolution : « Je laisse les chercheurs travailler et je prendrai mes responsabilités le moment venu » s’est empressé de préciser le chef de l’Etat alors que le débat s’amplifie dans le pays.

Du côté des partisans de l’exploitation, l’impératif économique est mis en avant. Le prix du gaz n'est-il pas cinq fois moins élevé aux Etats-Unis qu'en Europe ? Or, la France disposerait, avec la Pologne, des plus importantes réserves de gaz non conventionnels sur le Vieux continent. Engluée dans une croissance atone, l’économie française doit améliorer sa compétitivité et restaurer les marges de ses entreprises pour retrouver des marges de manoeuvre et faire baisser le taux de chômage. De même, François Hollande s’est engagé à réduire la part de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique de 75 à 50% d’ici à 2025. Si dans le même temps, la France tourne le dos au gaz de schiste, l’équation deviendra rapidement difficile à résoudre.

Pétrole : les Etats-Unis devant l’Arabie Saoudite en 2020
Lundi dernier, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié ses perspectives sur le marché de l’énergie pour 2012. Que dit le « World Energy Outlook 2012 » de l’organisation basée à Paris ? D’ici à 2035, la demande d’énergie va croître de 35% en raison du développement des économies émergentes (Chine, Inde, Moyen-Orient etc.). Or en 2030, le prix de l’électricité devrait être 50% plus élevé en Europe qu’outre-Atlantique. Avec l’exploitation du pétrole de schiste, les Etats-Unis seraient en passe de devenir dès 2020 le premier producteur mondial de pétrole devant... l’Arabie Saoudite. Quant aux énergies renouvelables prisées par les défenseurs de l'environnement, elles sont à long terme incontournables mais les ruptures technologiques restent à franchir, à l’instar de l’énergie solaire qui ne devrait pas peser significativement dans les vingt ans qui viennent selon Fatih Birol, l’économiste en chef de l’AIE. Les énergies fossiles ont donc encore de beaux jours devant elles.

Les risques de la fracturation hydraulique
Dès 2030, les Etats-Unis devraient se retrouver exportateurs nets de pétrole. Nous sommes donc bien en présence d’une révolution énergétique qui redonne à la politique industrielle américaine des perspectives prometteuses. Pour autant, l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste reste extrêmement controversée. C’est la fracturation hydraulique qui suscite les craintes des défenseurs de l’environnement. En injectant dans la roche un mélange d'eau à haute pression, de sable et d'éléments chimiques, cette technique contaminerait les nappes phréatiques. Les forages nécessiteraient également une grande consommation d’eau et pourraient provoquer un regain d’activité sismique. Impératif économique contre nécessaire protection de l’environnement, discorde sur les conséquences des forages dans l’état actuel des techniques disponibles etc. le sujet divise, y compris au sein de la communauté scientifique. La controverse n’est pas prête de s’éteindre....

J.G


Pour en savoir plus :

- Gaz de schiste : peut-on l’extraire proprement ?

- Gaz de schiste : le gouvernement s’oppose au rapport Gallois.

- François Fillon critique le gouvernement sur le gaz de schiste.

- Pétrole : la demande mondiale va diminuer en 2012 et 2013 selon l’AIE.

- En VIDEO : les Etats-Unis, premier producteur de pétrole mondial en 2020.

- Le débat national sur l’énergie est lancé (avec LeMonde.fr).

- Participez au débat avec la rédaction participative.

Réagir 22
A lire aussi

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le samedi 8 déc 2012 à 13:40

    C'est très bien tout ça : pas de gaz de schistes, pas d'OGM, pas de nucléaire, pas de ... Le retour à la bougie et à la tracation animale. C'est clairement ce que veulent les écolos pour la France. Laissons donc les autres faire sans nous ... Nous sommes ainsi assurés de cesser d'exister au XXIe siècle en tant que puissance industrielle.

  • Lou.MART le jeudi 15 nov 2012 à 18:03

    Sectarisme, entêtement, stupidité ... Ne pourrait-on aau moins étudier des moyens d'extraction exempt d'une pollution excessive.

  • m91 le jeudi 15 nov 2012 à 16:45

    Et puis n'oubliez que le sous sol appartient a l'état en France contrairement aux états-Unis ou le sous sol appartient a son propriétaire d'ou l’appât du gain et la richesse immédiate après le mec est Milliardaire et il fout le camp aux bahamas que vous les Francais faudra rester boire de l'eau du robinet Francais avec vos poches vides pas gloups ....

  • m91 le jeudi 15 nov 2012 à 16:35

    En attendant le prix du pétrole est maintenu a des niveaux artificiellement élevés pour que la production de pétrole a partir de gaz de schiste soit RENTABLE et les Américains non seulement pourrissent leurs nappes phréatiques mais en plus ils nous font CHIER avec un pétrole cher en Europe et nous imposent en plus un embargo avec l'Iran comme si cela ne suffisait pas ,pendant ce temps ils commercent en zone Pacifique et nous rackettent avec leurs Monti , Papadémos et Cie ..

  • M3182284 le jeudi 15 nov 2012 à 16:21

    quel dommage qu'un débat non passionel mais scientifique puis rationnel ne puisse avoir lieu dans notre pays où les clercs de la pensée unique hurlent leur dogme de façon totalitaire

  • rouches le jeudi 15 nov 2012 à 15:06

    Maintenant, à mon avis dans 10-15 ans, l'énergie sera bon marché pour tous. Les découvertes se sont accumulées depuis 10 ans (Etats-Unis, Chine où il y a encore plus de gaz de schiste qu'aux US, Brésil offshore, Nigéria offshore, Mer Méditéranée en cours) et avec le redéveloppement de l'Irak (on parle aussi d'une production presque similaire à l'Arabie Saoudite à terme), il n'y a plus du tout de manque d'offre en perspective, surtout que la demande croit de plus en plus lentement.

  • rouches le jeudi 15 nov 2012 à 15:01

    @max2727 L'énergie bon marché attire des industries aussi. Suffit de penser à l'ammoniac dont la principale matière première est le gaz naturel.

  • jfvg le jeudi 15 nov 2012 à 14:53

    Vuat mieux exploiter notre sous sol proprement que d'importer du pétrole ou du gaz avec le risuqe de la polution des océans.

  • max2727 le jeudi 15 nov 2012 à 13:53

    Cela ne résoudra pas spécialement le problème de paupérisation ou de chomage des Français. Ca permettra juste à certaines majors de faire 15 milliards de bénef au lieu d'en faire 12. Ce n'est pas uniquement qu'un problème capitalistique, c'est aussi un problème d'éthique je pense.

  • 22329524 le jeudi 15 nov 2012 à 12:55

    En Pologne, une Société US a laissé tomber, pas rentable ...