Expédition Tara Méditerranée : «Le plastique peut propager des maladies»

le
0
Expédition Tara Méditerranée : «Le plastique peut propager des maladies»
Expédition Tara Méditerranée : «Le plastique peut propager des maladies»

Les équipes de l'expédition Tara Méditerranée sont arrivées ce samedi à Lorient (Morbihan) après sept mois de navigation à travers la Grande Bleue, durant lesquels elles ont étudié la pollution des microplastiques. Chercheur au CNRS et enseignant à l'université Pierre-et-Marie-Curie à Paris, Gaby Gorsky, le directeur scientifique de l'expédition, revient sur cette aventure.

Quel était le but de cette expédition ?

Gaby Gorsky. Nous souhaitions explorer la répartition et la nature du plastique qui flotte à la surface des océans. On a choisi cette région du globe, car la démographie y est galopante : 450 millions de personnes vivent autour du Bassin méditerranéen. La Méditerranée subit une pression humaine très intéressante à étudier.

Qu'avez-vous découvert ?

Si la mer reste belle et bleue, elle est désormais recouverte de plastique. Il n'y avait pas un instant où l'on ne voyait pas un bout flotter, sans parler des microplastiques invisibles à l'½il nu. Nous avons prélevé 550 échantillons d'eau en surface. Pas un seul n'était épargné.

Quels dangers cela représente-t-il ?

Il n'existe pas de plastique dans la nature, les océans n'y sont donc pas préparés. Des organismes - bactéries, algues - ont colonisé ces plastiques, s'y sont accrochés au lieu d'aller s'installer sur les rochers en eaux profondes. Ces organismes se retrouvent donc à la surface, emportés par les courants, à l'abri de leurs prédateurs. Cela peut propager des maladies, comme le choléra. Nous ne sommes pas à l'abri d'un transfert Sud-Nord des maladies tropicales. Quant aux bouts de plastique plus gros, ils sont ingérés par les poissons et parcourent l'ensemble de la chaîne alimentaire jusqu'à nos assiettes...

Le plastique menace-t-il l'existence de certaines espèces ?

L'écosystème marin subit en fait un triple stress dû à la présence de ces plastiques, mais aussi à la montée des eaux et aux rejets de CO2 qui modifient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant