Expatriés : quels produits d'épargne peut-on conserver ?

le
0

L'expatriation est une aventure de plus en plus séduisante, pour les Français. Mais un départ à l'étranger peut contraindre à clôturer certains produits d'épargne. Explications.

Expatriation et conséquences financières

Près de 115 000 Français sont séduits, chaque année, par l'expatriation. Poste à l'étranger ou déménagement pour raisons personnelles : ce changement de vie implique des démarches auprès de ses assureurs, des impôts, mais aussi de la banque. De fait, lorsque le salaire est viré depuis un pays étranger, il peut être nécessaire d'ouvrir un compte dans le pays de résidence de l'expatrié.

Les produits d'épargne à garder

L'expatrié peut conserver sa résidence fiscale en France. Ce statut est maintenu selon le pays où s'exerce l'activité professionnelle, le pays d'où viennent la majorité des revenus fiscaux et le lieu permanent d'habitation. En ce cas, il est possible de conserver plusieurs produits d'épargne lors de son séjour à l'étranger : le Livret A, Livret Développement Durable, Livret Bleu, Super Livrets et Livrets bancaires, les contrats d'assurance-vie, les Plans d'Epargne en Actions ainsi que l'épargne salariale et les comptes titres.

Les produits à clôturer

Les produits ne pouvant être conservés, en cas d'expatriation, sont principalement ceux liés à un avantage fiscal. Les investissements de défiscalisation dans l'immobilier locatif ne pourront plus donner lieu à leur réduction d'impôt. Par ailleurs, un Livret d'Epargne Entreprise, de même que les éventuels Livrets Jeune du foyer fiscal doivent être clôturés.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant