Exil fiscal : Portugal, Asie, Londres, les eldorados des Français

le
2
D'après un rapport du ministère des Finances, 75 % des exilés fiscaux actuels ont moins de 40 ans.
D'après un rapport du ministère des Finances, 75 % des exilés fiscaux actuels ont moins de 40 ans.

À en croire RTL qui s'est procuré les grandes lignes d'un rapport du ministère des Finances, remis à la fin du mois à des parlementaires, l'exil fiscal est de plus en plus préoccupant. Conséquence, un trou béant dans les caisses de l'État.

Concrètement, ceux qui partent pour échapper à Bercy sont de plus en plus jeunes et de plus en plus riches. Et quand ils sont plus vieux - les retraités -, ils sont aussi de plus en plus riches ! Le constat est accablant : près de 75 % des exilés fiscaux actuels ont moins de 40 ans. Il s'agit des forces vives du pays, des jeunes aux profils prometteurs, souvent envoyés à l'étranger par leur entreprise. Un phénomène qui se généralise en Asie et à Londres qui voient des colonies entières de Frenchies poser leur valise.

Le Portugal, repaire de retraités

Nouveauté pointée dans ce rapport, un nouvel eldorado a trouvé grâce aux yeux des retraités depuis trois ans : le Portugal. En exonérant de tout impôt pendant 10 ans ceux qui résident au moins six mois sur son territoire, le pays a réussi un joli coup. De 252 dossiers par an en moyenne en 2012, le nombre de dossiers en attente serait actuellement passé à plus de 2 000, selon certaines sources portugaises citées par RTL.

Mais ce petit drame fiscal ne s'arrête pas là. En effet, en 2012, les retraités qui choisissaient l'exil payaient en moyenne 3 948 euros d'impôts. Ceux qui partent aujourd'hui paient 64,3 % d'impôts...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.mabire le mercredi 9 sept 2015 à 16:36

    Le pire: nos chers politiques ne vont pas comprendre pourquoi ces gens partent...

  • mucius le mercredi 9 sept 2015 à 15:56

    La meilleure nouvelle de la journée. Espérons que ça va s'accélérer. C'est hélas le seul moyen de sortir de 40 ans de socialisme!