Exil fiscal : Leclerc soutient Depardieu

le
62
Le président des centres E. Leclerc estime que la « fiscalité revancharde » instaurée par le gouvernement va inciter de plus en plus de Français qui ont gagné de l'argent « à se barrer ».

Leclerc s'invite dans la polémique déclenchée par Jean-Marc Ayrault à la suite de la révélation de l'installation en Bel­gique de Gérard Depardieu. Une démarche qualifiée, le 12 décembre dernier, «d'assez minable» par le premier ministre, ce qui a incité l'acteur à publier une lettre ouverte où il justifie son exil fiscal.

Depardieu «le dit à sa manière, il gueule, mais il a raison, a affirmé mercredi sur Europe 1 Michel-Édouard Leclerc. Il a raison parce qu'on a une fiscalité qui n'est pas solidariste, on a une fiscalité qui est revancharde». Fustigeant «le populisme qui règne» dans les médias et au gouvernement, le patron des centres E. Leclerc prévient: «Aujourd'hui, on tient un discours à l'égard des gens qui ont gagné de l'argent qui fait que, même si ce n'est pas 1789, il y en a plein qui vont se barrer.»

Si Michel-Édouard Leclerc a ensuite tenu à préciser sur son blog qu'il refusait de devenir le porte-drapeau des hauts revenus et d'être instrumentalisé, «stipendié par les moralistes» ou «récupéré par l'opposition», cette sortie publique d'un dirigeant d'entreprise est une première. Depuis le projet du candidat Hollande de taxer à 75 % les revenus de plus d'un million d'euros (adoptée par le Parlement, cette mesure fait l'objet d'un recours devant le Conseil constitutionnel), aucun patron n'avait en effet accepté de prendre officiellement la parole sur le sujet.

Les PDG en fonction n'acceptaient de critiquer cette mesure que sous couvert d'anonymat. Ceux qui, n'étant plus en poste, sont installés en Angleterre, Suisse ou Belgique, préféraient rester discrets, tout comme les entrepreneurs qui ont revendu leur société et déménagé dans la foulée.

Mais le cas Depardieu a visiblement délié les langues. Samedi dernier, Alain Afflelou a ainsi fustigé, au micro de RTL, «un système français extrêmement défavorable pour les chefs d'entreprise et les créateurs. Ceux qui sont dans la tranche de 75 % d'impôt sur le revenu peuvent dépasser 90 % d'imposition. On peut donc avoir en France une fiscalité confiscatoire».

Le fondateur de l'enseigne d'opticiens assure qu'il s'installe à Londres à la demande de Lion Capital, devenu il y a peu le principal actionnaire de sa société, et non pour des raisons fiscales. Mais il est en colère: «Il faut arrêter de dire que les patrons sont des gens malhon­nêtes et des voleurs. Nous avons besoin des gens qui travaillent et en font travailler d'autres. Quand il y a des pertes, il n'y a rien à partager. Pour payer des impôts et faire vivre l'État, il faut faire des bénéfices et il n'y a que les entreprises qui en créent.»

«Tout le monde a peur»

La prise de position de Michel-Édouard Leclerc est d'autant plus surprenante que ce dernier est plutôt habitué à communiquer sur les prix bas et la défense du pouvoir d'achat des consommateurs. Un fonds de commerce qui a fait la fortune de nombreux adhérents au mouvement Leclerc.

Pour Michel-Édouard Leclerc, dont le groupement réalise l'essentiel de son activité (non délocali­sable) en France, «tout le monde a peur. La fiscalité et l'environnement économique français font peur aux investisseurs étrangers qui voudraient venir chercher du marché en France. Mais ils font peur aussi aux PME françaises et aux dirigeants d'entreprise qui se demandent si c'est le moment d'investir. Et pourtant, il y a de l'argent et des banques qui veulent prêter». Le patron du distributeur préfère«une fiscalité qui serve la croissance» plutôt qu'une «fiscalité exutoire».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crocop1 le dimanche 30 déc 2012 à 00:05

    Mike, va te coucher ....Tu n'as pas RDV avec ta Norvégienne ?Ouahhhhhhhhhh

  • cmike1 le samedi 29 déc 2012 à 22:42

    vive les riches, à bas les pauvres ! tout ca c'est à cause des pauvres qui n'arrivent pas à se sustenter eux meme, il faut toujours que nous autres les riches crachions au bassinet pour ces maudis gueux oisif profiteurs assisté de base ... un jour, on en aura marre et on vous laissera tous mourrir comme il se doit ! salo de pauvre !

  • pchablat le jeudi 27 déc 2012 à 20:01

    la dette est à venir avec ce charlot au gouvernail, menteur , imposteur etc....

  • lolin le jeudi 27 déc 2012 à 19:16

    C'est quoi ces 20 millions?

  • renaud10 le jeudi 27 déc 2012 à 18:47

    Le constat est assez simple et juste. La question est comment se sortir de 40 ans de gabegie et de démagos honteuses ou on a fait croire que la redistribution est gratuite. Non elle a un coût ! Tout l'argent pris ne va pas dans la R&D, l'investissement, l'innovation donc la croissance et l'emploi. CQFD nous avons un taux de chomage min très haut. Rendez 100 milliard à l'économie LIBRE et la croissance reviendra puis l'emploi.

  • roulio86 le jeudi 27 déc 2012 à 18:23

    mfouche2 surtout qu'il nous raquette et eux ne change rien encore 20 millions d'euros de primes de noël toujours pas imposées....honteux ..à vomir....http://www.francepresseinfos.com/2012/12/primes-de-noel-des-ministres.html

  • mfouche2 le jeudi 27 déc 2012 à 18:14

    ça sent la m.... pour la bande à Flanby. le racket fiscal ne passe plus

  • roulio86 le jeudi 27 déc 2012 à 18:08

    psdi tu oubli que la grande partie de la dette c'est à cause de mitterand

  • SOSTRADE le jeudi 27 déc 2012 à 17:59

    Dernière chose, si je suis naif et que je dit que Leclerc augmente le salaire de ses employés, vous pensez bien qu'il ne va pas baisser ses marges (qui ne sont pas forcéments grandes).donc vous payerez plus chers vos produits. Combien sont prêts à faire ça???? arrêtez l'hyocrisie.

  • SOSTRADE le jeudi 27 déc 2012 à 17:57

    bearnhar : faux, les responsables de la mort du petit commerce c'est toi, moi, tout le monde et.... l'état. Arrête de faire tes courses en GMS. va acheter tes produits en épicerie. Tu y laissera un smic et tu les feras en 3 h plutot qu'une. Quand à l'état, si il se gavait moins sur les taxes foncières et conçort, ça couterait pas une c-ouille de s'installer en centre ville et les prix seraient plus bas.