Exhibition sexuelle présumée : Bayrou démet Rochefort de ses fonctions au MoDem

le , mis à jour à 17:41
0
Exhibition sexuelle présumée : Bayrou démet Rochefort de ses fonctions au MoDem
Exhibition sexuelle présumée : Bayrou démet Rochefort de ses fonctions au MoDem

François Bayrou, président du MoDem, a démis ce mardi matin Robert Rochefort de ses fonctions à la direction du parti. Mercredi dernier, l'eurodéputé, vice-président du mouvement centriste, avait été interpellé pour exhibition sexuelle dans un magasin de bricolage des Yvelines. 

 

Après la révélation de l'affaire par RTL, François Bayrou avait téléphoné à Robert Rochefort pour lui demander de démissionner. « On est obligés de subir cette histoire », avait regretté l'ancien candidat à la présidentielle, joint par le «Parisien» - «Aujourd'hui en France». C'est Yann Wehrling, ancien secrétaire national des Verts passé au MoDem, qui remplace Robert Rochefort dans ses fonctions de vice-président. Il était déjà porte-parole du MoDem. 

 

Robert Rochefort, ancien directeur du Credoc, a été interpellé après avoir été dénoncé par un agent de sécurité du magasin de Vélizy-Villacoublay (Yvelines). Cet agent a lui-même été alerté par un client qui a vu se masturber l'élu dans un rayon du magasin, alors que deux adolescentes se trouvaient non loin de là. Celles-ci ont expliqué n'avoir rien vu et n'ont pas déposé plainte.

 

Rochefort parle «d'accusations non fondées»

 

L'élu a été relâché à l'issue de la garde à vue durant laquelle il a reconnu «une partie des faits reprochés», selon son avocat Me Emmanuel Pierrat. Une source proche de l'enquête avait indiqué vendredi que l'élu avait dit aux policiers avoir «besoin de se masturber» quand il était «en situation de stress». Pour ces faits d'exhibition, il risque une amende de 1000 euros et il pourrait également faire l'objet d'une injonction de soins.

 

Dans un communiqué diffusé ce mardi, Robert Rochefort fait savoir qu'il s'agit «d'accusations non fondées». «Les pires atrocités continuant à être diffusées, je tiens à affirmer aujourd'hui le non-fondement de ces accusations», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant