Exercices navals russes face à la Syrie, soldats vers Lattaquié-sources

le , mis à jour à 23:38
1

(actualisé avec présence présumée de soldats russes vers Lattaquié) WASHINGTON/MOSCOU, 11 septembre (Reuters) - Les Etats-Unis pensent que 200 soldats d'infanterie de marine russes sont stationnés sur un champ d'aviation près de la ville syrienne de Lattaquié, bastion du clan du président Bachar al Assad, ont déclaré vendredi deux responsables américains. Ces responsables, qui se sont exprimés sous le couvert de l'anonymat, ont précisé que les effectifs russes s'étaient accrus ces derniers jours. Selon l'un des responsables, la majeure partie des militaires russes sont là pour préparer la piste aérienne à un usage futur. D'autre part, selon plusieurs sources, la Russie a intensifié ces derniers mois ses exercices navals au large des côtes syriennes et en prépare de nouveaux. Une escadre de cinq bâtiments équipés de missiles a pris la mer pour effectuer des manoeuvres dans les eaux territoriales syriennes et ils pourraient tirer des projectiles, a déclaré vendredi à Reuters une source proche de la marine russe. "Ils vont s'exercer à repousser une attaque aérienne et à défendre la côte, ce qui signifie qu'ils effectueront des tirs d'artillerie et qu'ils testeront des systèmes de défense aérienne à courte portée", a dit la source, précisant que ces exercice se dérouleraient avec l'accord du gouvernement syrien. Ces exercices devraient alimenter la thèse défendue par les Occidentaux qui soupçonnent la Russie de consolider sa présence militaire en Syrie. Ils coïncident par ailleurs avec les appels lancés récemment par Moscou en faveur d'une coopération militaire renforcée avec Washington afin d'éviter tout "événement inattendu" au large de la Syrie. L'implication de plus en plus forte de la Russie dans le conflit syrien montre, selon le président américain, Barack Obama, que le régime de Bachar al Assad est inquiet et qu'il a besoin de se tourner vers des conseilleurs russes. DES SOLDATS RUSSES ENGAGÉS DANS LES COMBATS? Au cours d'une prise de parole informelle en présence de soldats américains, il a toutefois jugé que la présence russe risque d'empêcher la Syrie de trouver une issue politique susceptible de mettre fin à la guerre civile. Il a ajouté qu'il entendait expliquer à Moscou que tout engagement en Syrie se terminerait par un échec. Le département d'Etat a de son côté déclaré qu'il serait satisfait de voir Moscou endosser un "rôle constructif" dans le combat contre l'Etat islamique en Syrie tout en mettant la Russie en garde contre la tentation de vouloir affermir le régime de Bachar al Assad. "Nous saluerions le rôle constructif que la Russie pourrait jouer contre l'EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant), mais il ne peut être le vecteur de la poursuite du soutien à Assad", a dit un porte-parole du département d'Etat. Selon des sources aux Etats-Unis, en Israël et au Liban, des soldats russes se battent sur le sol syrien ou se préparent à participer aux combats, ce que Moscou dément. Le gouvernement russe assure que sa présence en Syrie est de longue date et elle l'explique par les contrats de livraisons d'armes conclus avec Damas. (voir ID:nL5N11F2UP ) La Russie dit envoyer en Syrie des armes et de l'aide humanitaire. Des sources ont déclaré vendredi à Reuters qu'elle s'apprête à acheminer à Damas des systèmes de défense anti-aériens SA-22 dont les opérateurs seront des soldats russes. Moscou a livré des systèmes semblables à Damas en 2013, a dit une source proche de la marine russe. Selon un diplomate occidental, le système de défense en voie de livraison est cependant plus sophistiqué que ceux qui ont été vendus précédemment à la Syrie. (Maria Tsvetkova, Maria Vasilyeva et Gabriela Baczynska à Moscou, Michele Kambas à Athènes, Dan Williams, Tim Hepher, Allison Lampert à Montréal, David Morgan à Washington et George Psylides à Nicosie; Nicolas Delame et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 le vendredi 11 sept 2015 à 22:37

    Ils ont au moins à défendre leur base de Tartous ! mais entendre Obama dire : "la présence russe risque d'empêcher la Syrie de trouver une issue politique " c'est à mourir de rire quand on sait que depuis le début de cette crise la Russie n'a cessé de prôner la diplomatie pendant que les occidentaux armaient les djihadistes .