Exécution des peines : les failles mises à nu

le
0
Un rapport interne de la Chancellerie souligne les difficultés qu'il y a à convoquer les condamnés et avoue retarder parfois les incarcérations pour cause de surpopulation carcérale.

Les mots sont feutrés, mais le tableau dressé n'en est pas moins inquiétant. Le rapport de politique pénale que vient de publier la direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice prouve combien les dysfonctionnements sont nombreux dans l'exécution des peines en France. La politique de lutte contre la surpopulation carcérale dont Christiane Taubira, la garde des Sceaux, a fait un cheval de bataille, n'est pas sans conséquence.

Le rapport explique que «certains parquets ont pris des mesures particulières pour différer ponctuellement la mise à exécution de certaines peines d'emprisonnement ferme de manière à éviter la surpopulation carcérale et ont opté pour le rendez-vous pénitentiaire (Montbéliard, Vesoul, Lons-le-Saunier, Privas, Brive-la-Gailla...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant