Excuses du président philippin après l'exécution d'un Canadien

le
0
    MANILLE, 26 mai (Reuters) - Rodrigo Duterte, élu président 
des Philippines début mai, a présenté ses excuses auprès du 
Premier ministre canadien, Justin Trudeau, après l'exécution 
d'un otage canadien par un groupe terroriste islamiste, 
promettant de faire en sorte que cela ne se reproduise plus. 
    Rodrigo Duterte n'a pas encore été officiellement déclaré 
vainqueur de la présidentielle du 9 mai, mais les résultats 
connus lui accordent une avance de six millions de voix sur son 
rival le plus proche. 
    "Je vous prie d'accepter mes excuses pour l'incident qui a 
mené à l'exécution de votre compatriote", a déclaré Rodrigo 
Duterte à Justin Trudeau qui venait de le contacter pour le 
féliciter de sa victoire. 
    "Nous allons essayer de faire en sorte que cela ne se 
reproduise plus jamais." 
    John Ridsdel, ancien dirigeant d'une société minière, a été 
décapité par des membres du groupe Abou Sayyaf sur l'île de 
Jolo, dans le sud de l'archipel philippin, le 25 avril. 
    Un autre Canadien, un Norvégien et une Philippine sont 
encore retenus par les combattants islamistes liés à Al Qaïda 
huit mois après avoir été capturés dans un complexe hôtelier 
près de la ville de Davao, dont Rodrigo Duterte a été le maire 
pendant près de 20 ans. 
    Abou Sayyaf a fixé un nouvel ultimatum aux gouvernements 
canadiens et philippins, exigeant le versement de 300 millions 
de pesos (5,76 millions d'euros) pour chacun d'entre eux avant 
le 13 juin. 
    Il détient également d'autres étrangers, dont quatre 
Malaisiens, un Japonais et un Néerlandais. 
 
 (Manuel Mogato,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant