EXCLUSIF. Perquisition chez le notaire de Serge Dassault

le
0
Serge Dassault (photo d'illustration).
Serge Dassault (photo d'illustration).

Alors que Serge Dassault comparaît, mercredi 2 octobre, devant trois juges d'instruction du TGI d'Évry comme "témoin assisté" dans une affaire d'homicide, les enquêtes se poursuivent afin de vérifier si l'industriel, ancien maire de Corbeil-Essonnes - de 1995 à 2009 -, a instauré un système d'achat de votes pour faire élire son bras droit, Jean-Pierre Bechter, à la mairie. Le 17 septembre, les enquêteurs de la division nationale des enquêtes fiscales et financières (DNIFF), composée de gendarmes et de policiers, se sont rendus à l'étude Me Bernard Monassier, le notaire des grandes fortunes. Agissant sur commission rogatoire des juges Guillaume Daieff et Serge Tournaire du pôle financier du TGI de Paris, ils étaient à la recherche de documents justifiant les sorties d'argent du sénateur de l'Essonne.

L'instruction des magistrats, ouverte pour "achat de votes", "corruption", "blanchiment" et "abus de biens sociaux", laisse en effet entendre que l'avionneur aurait consacré une partie de sa fortune, tirée de ses entreprises, à acheter des électeurs lors de la dernière élection municipale de Corbeil-Essonnes, en 2010, remportée par Jean-Pierre Bechter, son bras droit. L'homme des cités sensibles

Selon nos informations, toutes les dépenses de Serge Dassault concernant Corbeil-Essonnes sont dûment répertoriées chez son notaire. Les dons et les prêts aux particuliers dans cette ville prise aux communistes en 1995 font l'objet d'un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant