EXCLUSIF. La lettre qui signe l'arrêt de mort de la SNCM

le
11
En mai 2013, la Commission européenne a enjoint la France de récupérer 220 millions d'aides versées indûment, selon elle, à la compagnie.
En mai 2013, la Commission européenne a enjoint la France de récupérer 220 millions d'aides versées indûment, selon elle, à la compagnie.

La lettre est arrivée mercredi à Matignon et elle a déclenché la colère froide de Jean-Marc Ayrault. Dans un courrier de trois pages adressé par recommandé à Veolia, avec copie au Premier ministre, le président de l'Assemblée corse, Paul Giacobbi, prévient qu'il va réclamer à la SNCM, l'ex-compagnie historique assurant les liaisons avec le continent, une somme de plus de 200 millions d'euros. En mai dernier, à la suite d'une plainte de sa rivale Corsica Ferries, Bruxelles a condamné la SNCM à rembourser 220 millions d'euros d'aides publiques perçues entre 2007 à 2013. À l'époque, Paul Giaccobi avait jugé "prématuré et sans aucun doute excessif" ce remboursement correspondant à plus des deux tiers du chiffre d'affaires de l'entreprise.La soudaine volte-face du patron de l'exécutif corse signe la condamnation à mort d'une SNCM déjà en grande difficulté, estiment les connaisseurs du dossier. L'ex-compagnie nationale, encore détenue à hauteur de 25 % par l'État - le reste du capital étant réparti entre la filiale transport de Veolia (66 %) et la Caisse des dépôts -, affichait en effet l'an passé une perte de 12 millions d'euros. Le coup de Jarnac de l'homme fort de l'île est d'autant plus surprenant que, mardi 24 septembre, la compagnie a décroché au terme de longues négociations, un marché vital : celui de la délégation de service public (DSP). En remportant l'appel d'offres pour la liaison entre Marseille et la Corse, que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mercredi 2 oct 2013 à 11:23

    Pas en difficulté la SNCM lorsqu'il s'agit de convoyer de la drogue...Depuis le temps que cette compagnie nous empuanti dans les médias, qu'elle ferme !!

  • lorant21 le dimanche 29 sept 2013 à 14:54

    la CGT et Giacobbi m'a tuer..

  • M638341 le vendredi 27 sept 2013 à 10:55

    Enfin !! mais malheureusement ce n'est pas encore fait....

  • M2280901 le jeudi 26 sept 2013 à 15:46

    la CGT va devoir payer la facture

  • bignou56 le jeudi 26 sept 2013 à 14:16

    il y aura toujours des bateaux pour transporter les nord africains entre Marseille et leur pays.

  • mucius le jeudi 26 sept 2013 à 13:30

    Si ça pouvait nous débarrasser définitivement de ce nid de parasites qui s'engraissent avec l'argent public... Mais j'avoue que je n'y crois pas : ce pays est totalement bloqué congestionné irréformable

  • a.rosa le jeudi 26 sept 2013 à 11:15

    Dans les années 2000, ces magouilles avaient atteint leur paroxysme avec un système de vente parallèle de marchandises... http://www.laprovence.com/article/actualites/693252/un-million-deuros-detournes-des-caisses-de-la-sncm.htmlTrop c'est trop...LA SNCM...c'est le reflet de la France...a force de scier la branche sur laquel on est assis...faut pas ce plaindre...Fraude et mauvaise gestion à la SNCM...hop on ferme60Milliards de fraude à la TVA et on augmente nos impôts.

  • a.rosa le jeudi 26 sept 2013 à 11:12

    Selon un ancien marin de la compagnie interrogé par Le Monde, le "coulage", à savoir le détournement de marchandises (denrées alimentaires, papier toilette...) par les marins de la compagnie a représenté entre 50 000 et 70 000 euros par mois, un trafic sur lequel le management de la SNCM a toujours fermé les yeux, pour acheter une paix sociale qui s'apparentait plus à une guerre de tranchées.

  • a.rosa le jeudi 26 sept 2013 à 11:12

    A Lucciana, les enquêteurs ont saisi 1 kg de cocaïne, 1 kg de produit de coupage, 80 000 euros en liquide et de nombreuses armes, notamment un fusil d'assaut.

  • rodde12 le jeudi 26 sept 2013 à 10:45

    Il n'y aura plus de concurence. Il faut trouver quelqu'un qui veuille relancer l'emploi en France. Par exemple mettre en service des pédalos libres. On l'appellerait pedlib. Il ne reste plus qu'a trouver un capitaine.