EXCLUSIF. Frigide Barjot : "Il n'y a même pas le maquillage juridique minimum"

le
10
Frigide Barjot, le 8 octobre 2013 à Paris
Frigide Barjot, le 8 octobre 2013 à Paris

Ils ont appris ce matin, par un coup de fil, la décision du tribunal d'instance du 15e arrondissement de Paris : Virginie et Bruno Tellenne, alias Frigide Barjot et Basile de Koch, ont quatre mois pour quitter le logement qu'ils occupent depuis 1986, à deux pas du Champ-de-Mars. Une expulsion réclamée par la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP), qui estime que le couple n'a pas respecté les clauses du bail, et décidée mardi par la justice. "Une décision au caractère politique évident", selon les concernés, qui, après consultation avec leur avocat de la copie du jugement, ont décidé de faire appel.

"C'est tellement énorme ! On essaye de comprendre comment ils ont pu arriver à un tel jugement, on n'a jamais vu ça !" confie Frigide Barjot au Point.fr. "Ils ne reçoivent aucune de nos preuves, pas même celles établies par un huissier, alors qu'ils acceptent des preuves de la partie adverse comme une capture d'écran. C'est deux poids, deux mesures, c'est un déni de justice.""La RIVP était au courant"

Depuis juin dernier, la RIVP somme l'ex-leader de la Manif pour tous et sa famille de quitter leur appartement dans le 15e, un duplex de près de 200 m2 qui est un logement social à loyer intermédiaire. L'organisme reproche notamment aux Tellenne d'y avoir domicilié Jalons, la société de Basile de Koch, et de lui avoir sous-loué l'appartement, alors que le bail interdit toute activité commerciale. Une accusation étonnante,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • peggy111 le mercredi 13 nov 2013 à 17:41

    quand on faute on paye

  • NYORKER le jeudi 31 oct 2013 à 14:43

    Mais comme on ne peut pas expulser pendant la période d'hiver qui a commencé hier....et encore moins avec des enfants ensuite. Elle n'est pas partie avant 2ans.

  • NYORKER le jeudi 31 oct 2013 à 14:41

    @ 72805271 : Au lendemain de l'election de Chirac en 1995 , le Figaro publiait, suite à une polémique sur le logement" social" , une liste des bénéficiaires à Paris de logement " Social" !!! tous les politiques de droite ET de Gôche en bénéficiait comme des patrons de syndicats, des journalistes de tout bord !!!je ne parle pas un simple 3 pièces , non , mais d'appartements en pierre de taille de 200 m2 et plus/ exemple Krasuki, le pape de la CGT, Jean-François Khan.retrouvez la publication !

  • ppetitj le jeudi 31 oct 2013 à 14:11

    fbordach Ils faudraient pour cela qu'ils critiquent ceux qui les nourrissent...Faut quand même pas rêver...

  • fbordach le jeudi 31 oct 2013 à 13:07

    Mince, si tous les mauvais payeurs et autres locataires indélicats pouvaient être expulsés aussi rapidement ce serait chouette...

  • M2280901 le jeudi 31 oct 2013 à 12:58

    il est vrai que cela a été rapide , même si cela peut paraître justifié , trop rapide , va falloir faire de même pour tous ces élus qui profitent honteusement du système

  • 72805271 le jeudi 31 oct 2013 à 12:23

    Il n'y a aucune raison que celle-ci puisse bénéficier d'un traitement de faveur. Par cotre je m'interroge sur le fait q'un logement de 200m2 en plein centre de Paris fasse partie de logements"sociaux". Nous ne devons pas avoir la même notion du "social". L'état est en manque d'argent, qu'il vende ces logement"sociaux" au prix du marché.

  • picokrab le jeudi 31 oct 2013 à 10:52

    sur le fond elle n'a rien à faire dans un logement social surtout si elle ne respecte pas le bail, sur la forme pourquoi elle et pas les autres ?

  • M1531771 le jeudi 31 oct 2013 à 10:44

    Moi qui bosse pour un organisme HLM, si nous pouvions obtenir les décisions d'expulsion aussi rapidement, qu'est ce que notre taf serait allégé !!! MDR Deux poids, deux mesure, oui c'est incontestatble !

  • M1903733 le mercredi 30 oct 2013 à 21:35

    Si elle n'avait pas défilé elle n'aurait jamais été virée mais voila la France punie les gens honnêtes.