EXCLUSIF. Areva : Le compte caché en Suisse du mari d'Anne Lauvergeon

le
0
Le mari d'Anne Lauvergeon est soupçonné d'avoir poussé Areva à investir dans des mines d'uranium, un investissement qui s'est soldé par des pertes importantes.
Le mari d'Anne Lauvergeon est soupçonné d'avoir poussé Areva à investir dans des mines d'uranium, un investissement qui s'est soldé par des pertes importantes.

Il est l'un des personnages-clés de l'affaire UraMin instruite par les juges Renaud van Ruymbeke, Charlotte Bilger et Claire Thépaut. À ce titre, Olivier Fric a fait l'objet de l'attention des services fiscaux et de la cellule anti-blanchiment de Bercy. C'est durant l'une de ses enquêtes que Tracfin a découvert un compte bancaire ouvert en Suisse par le mari d'Anne Lauvergeon et non déclaré au fisc français. Comme Jérôme Cahuzac ou encore Liliane Bettencourt bien avant eux.Selon nos informations, il serait approvisionné à hauteur de 600 000 euros.

Spécialisé dans le courtage en produit pétrolier, Fric travaille à Lausanne depuis près de vingt ans. Homme de l'ombre, son nom est devenu familier de la filière du nucléaire après la nomination, en 2001, d'Anne Lauvergeon, ex-sherpa de François Mitterrand, à la direction d'Areva. Dans le dossier UraMin, Fric est soupçonné d'avoir influencé Areva dans l'achat de mines d'uranium en Afrique appartenant au conglomérat UraMin. Une opération qui s'est soldée par un échec économique et financier cuisant, les mines n'ayant pas eu le rendement escompté.

L'information judiciaire a pour but de déterminer si cet investissement a été réalisé bien qu'Areva disposât d'informations démontrant que cette opération mènerait à un gouffre financier.

Contacté par Le Point, maître Versini-Campinchi a tenu à préciser que le compte bancaire suisse de son client n'avait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant