EXCLUSIF. Affaire Bettencourt : l'expert médical "pas loyal vis-à-vis de l'institution judiciaire"

le
0
Sophie Gromb.
Sophie Gromb.

Alors que la Cour de cassation examine le pourvoi formé par les avocats de plusieurs protagonistes de l'affaire, il est de nouveau question de l'impartialité de l'enquête menée par le magistrat instructeur. En juin 2011, le juge Jean-Michel Gentil, du TGI de Bordeaux, fait procéder à l'expertise neurologique de Liliane Bettencourt. Pour déterminer si la femme la plus riche de France est victime d'abus de faiblesse de la part de son entourage, il choisit son témoin de mariage, Sophie Gromb, médecin spécialiste en autopsie, et deux autres professeurs, également intimes du docteur Gromb. L'examen conclura à l'existence d'un état de faiblesse depuis septembre 2006. Toute l'instruction du juge Gentil repose sur cette expertise. Faite à sa main ?Elle a permis la mise en examen et le renvoi devant un tribunal correctionnel d'Éric Woerth, ancien trésorier de l'UMP à l'époque où les magistrats le soupçonnent d'avoir perçu de l'argent de Liliane Bettencourt, du photographe François-Marie Banier, de Patrice de Maistre, l'ancien homme de confiance de la milliardaire, ou encore du producteur Stéphane Courbit. Nicolas Sarkozy, après avoir été mis en examen, a bénéficié d'un non-lieu."S'il eût été préférable..."Bien qu'il ait désigné une intime comme expert judiciaire sans le signaler aux deux autres magistrats cosaisis - ainsi que le préconise le recueil des obligations déontologiques des magistrats -, Jean-Michel Gentil a pu bénéficier du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant