Exactions des forces irakiennes près de Mossoul, selon Amnesty et HRW

le
2
    BAGDAD, 10 novembre (Reuters) - Des membres des forces 
gouvernementales irakiennes ont tué et torturé des civils au sud 
de Mossoul dans leur progression vers la grande ville du nord de 
l'Irak tenue par les djihadistes de l'Etat islamique, affirment 
jeudi Amnesty International et Human Rights Watch. 
    Les deux organisations internationales de défense des droits 
de l'homme, dans des rapports distincts, portent les premières 
accusations de ce genre depuis le début de la contre-offensive, 
le 17 octobre. 
    Amnesty International rapporte que "jusqu'à six" cadavres de 
personnes soupçonnées de liens avec l'EI ont été découverts dans 
les secteurs de Choura et de Kayara. 
    "Des hommes en uniforme de la police fédérale (irakienne) 
ont procédé à de multiples assassinats, interpellant puis tuant 
délibérément de sang froid des habitants de villages situés au 
sud de Mossoul", a déclaré Lynn Maalouf, directrice de recherche 
adjointe au bureau d'Amnesty à Beyrouth. 
    Human Rights Watch (HRW) rapporte pour sa part qu'au moins 
37 hommes soupçonnés d'être affiliés à l'EI ont été arrêtés par 
des forces irakiennes et kurdes à des barrages de sécurité, dans 
des villages et dans des centres d'accueil des populations 
déplacées autour de Mossoul et d'Haouidja, plus au sud. 
    Leurs proches disent n'avoir aucune nouvelle d'eux. Selon 
HRW, cette pratique "accroît significativement le risque 
d'autres violations", y compris la torture. 
    Au ministère irakien de l'Intérieur, un porte-parole a 
démenti que les forces irakiennes se soient rendues coupables 
d'exactions. 
    Porte-parole du gouvernement régional du Kurdistan irakien, 
Dindar Zebari a opposé lui aussi un démenti aux affirmations de 
HRW, expliquant que l'information aux familles des personnes 
interpellées se heurtait à des difficultés et des ressources 
limitées. 
    "Nul n'est détenu dans des centres inconnus. Ils sont 
détenus dans des installations identifiés", a-t-il dit. 
 
 (Stephen Kalin; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a 3 semaines

    Et que dit Amnesty des exactions de l'EI ?

  • pbastin4 il y a 4 semaines

    Malheureusement ces le prix de la guerre malgré les règles . Par contre je n'est pas entendu un seul mot d’Amnistie International sur ce qui ce passe au Philippines depuis l arrivé du nouveau président, sont ils aaveugle sur le sujet.