Ex-prisonnier à Cuba, Alan Gross se bat toujours pour un internet libre

le
0
Ex-prisonnier à Cuba, Alan Gross se bat toujours pour un internet libre
Ex-prisonnier à Cuba, Alan Gross se bat toujours pour un internet libre

Un ancien détenu américain à Cuba, libéré en décembre 2014 après cinq ans de prison pour espionnage, a estimé mardi dans un entretien à l'AFP que l'essor d'internet était inéluctable, malgré les tentatives de certains Etats de vouloir le contrôler."Les gouvernements commencent à se rendre compte qu'ils ne peuvent contrôler la pensée des gens", a estimé Alan Gross, 67 ans, condamné en 2011 à quinze ans de prison pour avoir introduit du matériel de transmission satellitaire pour internet interdit dans l'île communiste.Il a été libéré en décembre 2014, en même temps que l'annonce historique d'un réchauffement des relations entre Cuba et les Etats-Unis."Peu importe l'ampleur des moyens que (les gouvernements) emploient, les gens pensent par eux-mêmes et c'est une chose naturelle. Qu'une entité tente de le contrôler est contre nature et les gens vont se rebeller", a-t-il déclaré en marge de Cuba Internet Freedom, une conférence de deux jours à Miami (Floride, sud-est).Il avait été arrêté en 2009 alors qu'il travaillait comme sous-traitant pour l'agence fédérale pour le développement international (USAID), une branche du département d'Etat. Il avait déjà installé des équipements similaires dans d'autres pays défavorisés.Mais cette technologie était illégale à l'époque à Cuba.- Porte-étendard pour internet -"C'est une zone d'ombre. Ce qui est légal à Cuba et ce qui n'est pas légal à Cuba dépend de qui décide de ce qui est légal ou non", a réagi M. Gross, soulignant que certaines personnes avaient accès à internet à cette époque sur l'île, "mais pas la majorité".Et "tous les touristes y avaient accès dans les hôtels", a-t-il poursuivi. "Mais si un Cubain entrait dans un hôtel puis tentait de se connecter à internet, il était soit expulsé (de l'établissement) soit arrêté".Sa mission, à savoir participer à un projet pilote de l'USAID, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant